Catégorie : Découvrir l’histoire de Chamonix

Articles sur l'histoire très riche de la Vallée de Chamonix

Au Col de Balme

Dans ces belle journées d’arrière-saison, le col de Balme est pour nous tout un lieu de randonnée contemplative en raison de ce paysage exceptionnel qui s’ouvre sous nos yeux à chaque instant.

Il ne faut pas oublier que, durant des siècles, le passage par ce col était le plus souvent utilisé par les voyageurs se rendant en Valais. D’ailleurs, nombre de tableaux montrent le col avec les fameuses bornes marquant la frontière entre Valais et royaume de Piémont Sardaigne.

Goethe, le 6 novembre 1779, emprunte cet itinéraire. Sa description rend avec un regard très juste ces atmosphères propres au mois de novembre où les nuages jouent avec le paysage…. »Il est plus intéressant de vous dire comment les esprits de l’air semblaient se faire la guerre sous nos pieds…nous montâmes toujours avec plus d’ardeur… Il (le vent) soufflait par le col entre deux sommets et repoussa le brouillard dans la vallée. L’aspect avait un caractère étrange.  Le haut du ciel , par-dessus les crêtes des montagnes, était nuageux;  à nos pieds, nous voyions à travers le brouillard qui se déchirait quelquefois , la vallée entière de Chamonix et entre ces deux couches de nuages, les sommets des montagnes étaient tous visibles. »

Berthout Van Berchem, en 1790, évoque dans son guide « Itinéraire de la Vallée de Chamonix » le passage par le col de Balme, « depuis le col de ce nom il faut s’écarter un peu de la route pour aller sur la plus haute limite du Valais et de la Savoye afin de jouir d’un très beau point de vue !

Puis durant tout le XIXe siècle on voit un grand nombre de voyageurs arriver ou quitter Chamonix par ce passage relativement facile à emprunter et moins compliqué que par Tête Noire et Vallorcine. A la lecture des divers ouvrages une auberge très simple existe.

Alexandre Dumas, en 1832 en parle dans son ouvrage «  Impressions d’un voyage en Suisse » »,au loin se découpant dans un ciel bleu le toit rouge de cette bienheureuse maison puis ses murailles blanches qui semblaient sortir de terre…Il se précipite à l’intérieur et peu après en ressort conduit par son guide pour admirer le paysage  » ...et comme une toile se levait sur une magnifique  décoration   je saisis, avec un plaisir mêlé d’effroi de me voir si petit au milieu de si grandes choses tout l’ensemble de ce panorama semblait le palais d’été du dieu de l’hiver

En 1833, le manuel du voyageur d’Ebel recommande ce passage aux voyageurs. l’auberge du col est construite en bois  vers 1840 côté français. Le bail est attribué le 8 décembre 1840 à Pierre Joseph Payot  (grand père de Venance Payot) avec doits de vente de vins, eaux de vie et liqueurs.

Jean Pierre Pictet en 1840 dans son ouvrage « Chamouny, de Sixt, des deux saint Bernard » évoque l’hospice du Col de Balme petite auberge où l’on peut se rafraîchir et même coucher.

En 1856, le guide Joanne parle de l’hospice du col de Balme qui ouvre quatre mois de l’année. On y trouve  » des vivres, des rafraîchissements et même des lits en cas de besoin « 

En 1861 le tracé de la frontière est réalisé avec précision.  La bâtisse de bois devient ruine Le refuge est alors reconstruit un peu plus en amont côté suisse  vers 1865. Le bâtiment en pierre devient une auberge plus confortable.

En 1874, Gabriel de Mortillet, dans son guide de Haute Savoie, parle de la magnifique vue sur la vallée de Chamonix et la chaîne du mont Blanc et évoque le pavillon du Col de Balme… » ouvert pendant quatre mois de l’année aux prix des grands hôtels ! »

Whymper, ce grand alpiniste, mais également immense marcheur, décrit dans son guide de Chamonix Mont Blanc ,avec détails l’itinéraire emprunté pour accéder au col.

Et avec l’arrivée du ski, le Col de Balme est gravi pour la première fois en 1902 en skis par le docteur Michel Payot et son ami Ravanel le Rouge, une sacrée belle performance à l’époque !

Dans les années 1930, un grand projet est envisagé pour la construction d’une route vers le Col de Balme sur l’initiative de Charles Vallot et du TCF (Touring Club Français), où l’on imagine une nouvelle route  pour les visiteurs en voiture qui  qui permettrait de favoriser la distribution du lait de ces alpages vers l’ensemble de la vallée !

OUF ! Le projet finalement ne s’est jamais réalisé.

Et dans l’histoire plus tragique du col, n’oublions pas les nombreux essais de passages des juifs cherchant désespérément échapper à la folie nazie. Combien de souvenirs douloureux marquent ce paysage si exceptionnel. Ne l’oublions pas.

Puis l’aménagement des premières remontées mécaniques changera peu à peu le destin de ce col qui a vu passer tant de voyageurs curieux ! Mais il reste un passage obligé pour les amateurs de randonnée cherchant à boucler le Tour du mont Blanc .

———————————————————————————————————————————————–

Histoire plus ancienne du col  souvent méconnue

( extrait de l’histoire de Savoie  de Paul Guichonnet)

Une première fois en 1476, lorsque le Comte de Savoie tenta de reprendre pied en Valais, d’où les Valaisans l’avaient chassé en passant par le col de Balme, évitant le col de la Forclaz, il déboucha sur Martigny… Mais selon la tradition, les femmes les accueillirent avec nombre de pichets de vin et la troupe fut cueillie facilement par les troupes valaisannes.

Trois siècles plus tard, le 25 décembre 1813, le col de Balme vit défiler la débâcle des troupes napoléoniennes en essayant d’échapper aux autrichiens qui les poursuivaient. Par douze degrés au-dessous de zéro et des mètres de neige, 800 hommes menés par Mr Rambuteau, préfet de l’empire en Valais, réussirent finalement à franchir le col et descendre à Chamonix.

Sources : Divers ouvrages nommés ci-dessus dans l’article.

                                                                Tableau : Col de Balme , Ange Abrate

  Christine Boymond Lasserre – Histoire et patrimoine Vallée de Chamonix

 

Le grand incendie de Chamonix du 27 juillet 1855

Il y a 167 ans à Chamonix le 24 juillet 1855 un immense incendie

détruit une grande partie de la ville.

Certes l’histoire de la vallée de Chamonix est marquée par de nombreux incendies. En 1586 l’église est totalement détruite par le feu et de nouveau en 1758.Le village des Frasserands en 1652, ou encore Argentière en 1897 mais bien d’autres au cours des siècles passés.

Un de ceux-ci a marqué la mémoire des chamoniards, l’incendie du centre de Chamonix le 24 juillet 1855. Celui-ci se déclare dans la remise de l’hôtel de la Couronne situé au carrefour central de Chamonix (actuellement résidence relais de diligences). Le feu s’étend rapidement et détruit une grande partie de la route nationale (rue Vallot actuelle). C’est une vraie catastrophe. La presse genevoise de l’époque en parle plusieurs fois et se fait l’écho d’appels à la solidarité lancés par le maire et le curé ! Les divers articles parus dans le Journal de Genève nous relatent les diverses phases de de l’information de cet incendie qui marqua la population genevoise.

 

L’information n’étant pas toujours fidèle les frères Tairraz, propriétaires de l’hôtel d’Angleterre font paraitre une annonce à propos de leur hôtel qui n’a pas été endommagé  !

(article ci dessous)

Certes le roi de Piémont Sardaigne (dont dépendait la vallée) donne 4000 livres c’est bien peu quand on estime les frais à 30000 livres ! Pui la vallée devient française en 1860. Dès 1861 le maire Michel Favret recevant le ministre des Travaux publics s’empresse de demander une aide substantielle. En 1862 la commune reçoit le préfet accompagné d’un conseiller d’état. Celui-ci semble s’engager mais l’administration toujours tatillonne s’oppose bien souvent aux chamoniards un peu rebelles aux décisions gouvernementales.

Il faudra attendre le 14 octobre 1864 pour que soit signé entre la commune et la préfecture une décision de remise en état de la route nationale. On démolit les bâtiments incendiés, on aligne l’ensemble des édifices de cette route nationale, on impose un entretien annuel des cheminées par un ramoneur. Se met en place également toute une réglementation d’entretien de la voie publique, et des « devants » de boutiques et d’hôtels.

Le début d’une série d’arrêtés de suretés et de police sont mis en place.

Chamonix entre dans une nouvelle aire d’autant que la nouvelle route offerte par Napoléon III arrive au centre de Chamonix en 1870 !

 Sources :  Le Royaume du mont Blanc de Paul Payot, archives du journal de Genève, archives départementales, livre « La Vallée de Chamonix et l’Annexion » de Christine Boymond Lasserre et  Joëlle Dartigue Paccalet

Histoire et patrimoine de la Vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

 

Un hôtel emblématique du XIXème : l’hôtel de l’Union

Dès 1815 avec la fin de l’empire les visiteurs se font de plus en plus nombreux et le foires connaissent un succès grandissant. La commune de Chamonix déplore qu’il n’y est que 3 hôtels et 5 cabarets et incite l’État à autoriser la construction d’hôtels.  C’’est ainsi qu’en 1816 les frères Charlet (fils du notaire Charlet) associés aux frères Simond (propriétaires de l’hôtel du Nord) font appel à un architecte genevois Mr Sismondi et ouvrent un magnifique et grand hôtel en plein centre de Chamonix, une révolution à l’époque car imposant par sa taille, son architecture originale avec son fameux balcon à portiques.

 L’hôtel de l’Union fait fort impression et les voyageurs de l’époque sont très étonnés de son confort « on y trouve même les journaux de tous les pays, une boutique naturaliste, ainsi que les meilleurs vins !  … En 1824 « le guide du voyageur en Suisse » signé par Mr Richard, met l’accent « sur les bains de santé et de propreté » Ces bains situés près de l’Arve sont à l’image de cette nouvelle idée qui fleurit à Chamonix de créer une station « climatérique ». Les bains, nouveautés du XIXème siècle, sont encore rares hormis les stations thermales.  Les frères Charlet, propriétaires des terrains des Mouilles où coule une source sulfureuse ont l’idée d’apporter dès les années 1825 cette eau bienfaisante à l’hôtel puis en 1834 directement par des canalisations de bois, qui seront emportées plusieurs fois par les crues de l’Arve.

Nombreux sont les visiteurs de marque qui prennent pension à l’Union.

John Ruskin dès son 1er séjour avec ses parents en 1833 puis ensuit lors de ses voyages solitaires y séjournera régulièrement. On apprend ainsi que « vingt-deux personnes y sont attachées, que l’on y est parfaitement servi, les chambres sont bien tenues, qu’il y a des salles à manger à chaque étage, que l’on propose des diners de table d’hôte à 1,5, et 9 heures mais que l’on peut aussi se faire servir des repas chez soi à l’heure qu’il convient qu’il y a une salle de billard, des journaux français, des sommeliers parlant plusieurs langues…

Dessin Jules Hébert. Henriette d’Angeville à l’hôtel de l’Union avant son départ pour le mont Blanc

 

En 1836 y descendent Georges Sand et ses deux enfants, Franz Litz, et Marie d’Agoult.  Henriette d’Angeville en 1838 séjourne dan cet hôtel qu’elle trouve particulièrement confortable.

 

L’hôtel connaît une nouvelle dynamique avec l’arrivée de Mr Eisenkrammer.  1er sommelier de l’hôtel qui  loue dès 1838 l’Union à son patron et qu’il achète finalement  en 1844. Il épouse ensuite Marie Henriette Simond (nièce de Mme Coutterand et fille de son ancien patron). Monsieur Ferdinand, comme l’appelaient les chamoniards, est ambitieux, il organise au départ de Genève des convois spéciaux pour acheminer les provisions indispensables à son hôtel, et fait du « lobbying » auprès de visiteurs arrivant à Genève pour les convaincre de loger dans son hôtel à Chamonix. En 1848 il construit un nouvel hôtel le Royal (aujourd’hui le casino).

En 1860 lors du voyage Napoléon III le maréchal des Logis cherche le meilleur établissement pouvant recevoir l’empereur et sa cour. Son choix se porte sur ce nouvel hôtel. Le ministère est effaré par les tarifs proposés mais Mr EisenKrammer n’en démord pas si bien que l’empereur ne résidera qu’une seule nuit à Chamonix malgré le désir de l’impératrice!

Les deux hôtels sont proposés sous le nom Hôtel Royal et de l’Union.  Mr Ferdinand a quelques démêlées avec les guides en raison de son refus de passer par le bureau de la Compagnie pour proposer les guides de son choix sans passer par le tour de rôle.

Mais l’hôtel connaît toujours un réel succès. Théophile Gauthier en 1862 l’apprécie particulièrement  : «  l’hôtel de l’Union est grand et magnifique, tenu à la manière des hôtels d’Allemagne de première classe avec toutes les recherches du confortable moderne. On nous y servit dans une salle immense un excellent déjeuner ». Il envisage de créer une grande station thermale mais il peine à convaincre la commune. Il crée dans les années 1862 une société intitulée « les hôtels de Chamonix » société qui rassemble plusieurs hôtels de Chamonix mais celle-ci ne s’impose pas  et  finalement est   rachetée par deux banquiers .

 

Dès lors Mr Eisenkrammer disparait et l’hôtel passe de main en main. On voit ainsi un grand nombre de propriétaires se succéder d’où des appellations différentes pour l’hôtel jusque en 1897 ou Mr Felisaz le rachète.  Il entreprend des travaux d’agrandissement, crée un restaurant dans les jardins dont la façade est ornée de cariatides.  L’hôtel reconnait de belles heures d’activité.

A la mort de Mr Félisaz les héritiers peinent à faire fonctionner l’hôtel.

En 1929 la commune désirant ouvrir une belle place au centre de Chamonix finit par exproprier les propriétaires.

 L’hôtel est détruit en 1932 laissant place à la construction de l’hôtel des Postes en bordure d’Arve et ouvrant ainsi une place plus aérée en centre-ville.

Sources :

Archives association des Amis du Vieux Chamonix – Thèse : Isabelle Madesclaire- Voyages de deux amis en Italie par le Midi de la France et retour par la Suisse de Richard et Achille Lheureux en 1829. – L.Simond, Voyage En Suisse. – CH Vallot : guide de Chamonix – André Hélard : John Ruskin et les cathédrales de la terre.- Christine Boymond Lasserre et Joëlle Dartigue Paccalet : 1860 . La vallée de Chamonix et l’Annexion. – Marc Sandoz : Auberges d’autrefois. Revue savoisienne – Rodolphe Topffer : voyage autour du mont Blanc – Paul Payot : Au royaume du mont Blanc

Histoire et patrimoine de la vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources :

Thèse : isabelle Madesclaire

Voyages de deux amis en Italie par le Midi de la France et retour par la Suisse de Richard et Achille Lheureux en 1829.

L.Simond, Voyage En Suisse

F.Coutin : histoire de la collégiale de Chamonix.

CH Vallot : guide de Chamonix

André Hélard : John Ruskin et les cathédrales de la terre.

Christine Boymond Lasserre et Joëlle Dartigue Paccalet : 1860 . La vallée de Chamonix et l’Annexion.

Mar Sandoz : Auberges d’autrefois. Revue savoisienne

Rodolphe Topffer : voyage autour du mont Blanc

Paul Payot :

 

La complexe histoire des casinos et salles es fêtes de Chamonix

A Chamonix, dès le début du XIXe siècle, des animations étaient organisées pour les visiteurs dans les hôtels. Ces animations ont été au départ liées à l’autorisation d’ouverture de casinos qui à cette époque était donnée par l’État.

Or, sous le régime du royaume de Piémont Sardaigne, l’État était particulièrement réticent et l’on voit donc se dessiner des essais de salons de jeux dans certains hôtels. On relève, dans un ouvrage rédigé par Victor Masse, auteur d’un essai intitulé « Plans en relief de la vallée de Chamonix », une note descriptive d’un document enregistré officiellement en 1851 évoquant l’Hôtel du Nord auquel est rajouté un « Casino des Étrangers » ce qui veut bien dire qu’il était réservé aux visiteurs et fermé à la population locale. Mais la formulation est suffisamment évasive pour avoir un doute quant à la réalité des possibilités des jeux de hasard dans cet établissement.   A la lecture du Figaro de mai 1883 et dans les archives départementales, on évoque un Cercle International du Casino de Chamonix situé dans l’hôtel des Chalets de la Côte, où l’on pratiquait des « jeux de commerce », activité qui ne dura pas plus d’un an ou deux.  Ce type d’animation se poursuit dans l’Hôtel de l’Union de 1886 à 1893, mieux situé au centre de Chamonix. En mai 1891, un certain Adolphe Schreiber demande l’autorisation de construire un casino face à l’Hôtel de l’Union.  Ce sera l’année suivante que la commune de Chamonix, soucieuse de proposer à sa clientèle une animation digne d’une station prestigieuse, donne l’autorisation de salles de jeux-casino à Mr Cusin Bellencourt. Il construit la Villa des Fleurs qui abrite de 1904 à 1906 un « Cercle International des Étrangers ».

 

Dans les archives départementales on note la présence d’une table de petits chevaux. Fin 1906, sous l’enseigne du Casino, on remarque une nouvelle enseigne intitulée « Alpineum ». Le bâtiment est situé route nationale (rue Paccard actuelle). La Villa des Fleurs change donc d’activité.   Les jeux semblent s’arrêter au profit d’animations. On y donne spectacles, concerts, mais surtout les premiers films de l’époque dont l’ascension du mont Blanc réalisée en 1907 par la famille Vallot. On y expose également des objets qui seront plus tard à l’origine de la création du musée.

 

 

 

 

 

 

Il est probable que les activités de jeux se sont arrêtées en raison de la construction d’un casino au Bois du Bouchet lancé en 1903 par Henri Devouassoux et Jacques Curral qui, obtiennent de la commune « le droit d’y construire tout ce qui pourrait intéresser les touristes » et lui rendre le séjour plus agréable ». Six mois plus tard, le tout est cédé à une « Société anonyme du Casino Municipal de Chamonix » qui échappe ainsi aux initiateurs d’origine. C’est à ce moment-là que paraît pour la première fois l’idée de proposer du théâtre et des concerts, La commune lui confère la qualité de « Casino Municipal » bien qu’elle ait peu appréciée le changement répété des propriétaires ! En 1904, les travaux sont lancés par l’architecte Paul Henri Furet. Un beau bâtiment voit le jour en 1905 sur les prés en bordure du Bouchet. Ce Casino obtient les diverses autorisations accordées par l’État pour ouvrir une salle où se pratiquent entre autres les jeux de baccara. Deux saisons animent le casino : de juin à octobre et du 15 décembre au 15 mars. La commune peut enfin proposer à ses clients « toutes les attractions des villes d’eaux ». Théâtre, concerts animent la vie touristique de la vallée d’autant qu’un café, un restaurant, un bar américain complètent l’ensemble des services. Juste à côté est aménagé aussi un établissement d’hydrothérapie «  à l’eau d’Arve » ! En raison de son éloignement, on lance un service de calèches avec le centre-ville. Cependant, il semblerait que les propriétaires de cette société changent continuellement ce qui rend les rapports avec la commune bien souvent houleux !

Par ailleurs, en raison des directeurs qui changent bien souvent, ce casino peine à fonctionner. D’autant qu’il est mal chauffé en hiver, les charges sont lourdes, les revenus faibles et le bâtiment se délabre d’année en année. En 1915, une partie du toit s’effondre, non reconstruit.  La pluie apporte son lot de moisissures et de destructions des murs.  Il ferme dans les années 1920.

La commune cherche à rompre le monopole des jeux de la société et se met en quête de trouver un autre emplacement. Plusieurs projets voient le jour ! Dès la mi-1923 la ville autorise la Société  Hôtelière Franco-Suisse, propriétaire du Chamonix Palace,   à ouvrir un « Grand Casino de Chamonix Mont Blanc » en tant que concessionnaire de jeux qu’on installera  au  rez de chaussée.

 

 

En 1926, la commune se lance dans l’idée d’un casino édifié au-dessus de l’Arve. Typique de la période Art Déco, ce bâtiment se caractérise par une façade à quatre colonnes surmontées d’un fronton triangulaire. Puis l’édification d’une galerie commerciale de part et d’autre anime cette nouvelle rue qui avait été tracée au moment de l’arrivée du train en 1901. La Société du Grand Casino de Chamonix Mont -Blanc est née.

Il propose non seulement des salles de boules et de baccara mais aussi un bar, un dancing et de nombreuses animations en tous genres :  thés et soupers dansants, manifestations de sports et d’élégance et attractions artistiques.

 

Dès les années 1950   les chamoniards peu à peu s’approprient le lieu. Un grand nombre de festivités se déroulent dans ses magnifiques salles construites au-dessus de l’eau, beaucoup se souviennent des galas, des spectacles des groupes scolaires, des démonstrations de danse, des rencontres folkloriques, des concerts en tous genres ou encore de de l’élection de Miss France.

Finalement, dans les années 1970, la partie jeux du casino est transférée au Royal (emplacement actuel) et l’ancien bâtiment est modernisé avec une avec une nouvelle façade.  L’intérieur est transformé en salles des fêtes. Qui ne se souvient pas de ces fêtes organisées avec la piste de danse éclairée de lumières colorées ! Il prend le nom de SALLE MICHEL CROZ (du nom de la rue).

L’animation continue alors de plus belle : concerts, théâtre, fête des guides, fêtes de Noël, etc… font la joie de tous les chamoniards qui se souviennent encore avec nostalgie de ces événements et fêtes en tous genres.

Tout s’arrête avec le terrible incendie de 1999 qui détruit l’ensemble du bâtiment.

Rien n’est reconstruit au-dessus de l’Arve en raison de la difficulté à en assurer la sécurité.

 

 

Ce 2 décembre 2021 est inaugurée une nouvelle salle des fêtes dans une des coupoles de l’ensemble de Chamonix Nord, transformée pour offrir aux chamoniards fêtes, concerts, théâtre.

Suite à un vote des habitants, elle prend le nom de EMC2 c’est dire Espace Michel Croz 2 pour rappeler l’ancienne salle mythique adorée des chamoniards.

 

Sources :
Archives Amis du Vieux Chamonix, Paul Payot, Archives départementales (4M67-68).
Recherches sur l’histoire des casinos français de Mr André Reynckens.

Histoire et patrimoine Vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

 

 

Une institution chamoniarde : la librairie Landru

La variété des éditions Landru

En 1930,  Jean Landru et son épouse Marie Louise arrivent à Chamonix. Ils achètent sous les arcades de l’avenue de la gare (actuellement avenue Michel Croz) un fonds de commerce. Jean, dont les parents avaient déjà une librairie dans sa ville natale, est passionné par les livres. Il décide alors d’ouvrir une librairie – papeterie – point presse. Très vite celle-ci connaît un réel succès. Mais la guerre approche avec son lot d’inquiétudes. Jean livre avec Marie Louise les journaux proposés aux rares hôtels encore ouverts.  On fait le « gros dos» et finalement le couple décide de s’installer définitivement à Chamonix.

La libraire s’installe alors dans l’ancien restaurant de l’Hôtel du Métropole qui avait été transformé en 1940. Avec la guerre, le papier est une denrée rare. Jean a, par un heureux hasard, hérité d’un gros lot de papier et lui qui rêve de livres de qualité se lance dans l’édition. Il aime les beaux ouvrages, il aime les beaux dessins, il aime les belles gravures. Il édite des livres libres de droit. Mais son goût pour le dessin et la peinture l’incite à faire appel à des illustrateurs. « Les fables de La Fontaine » sont ainsi illustrées par Jean Effel particulièrement connu à l’époque pour ses dessins proposés dans un grand nombre de publications nationales, aussi bien « l’Humanité » que « le Figaro » !

Ou encore « L’art d’aimer » d’Ovide Illustré par Uzelac, un peintre d’origine serbe installé en France dont les dessins magnifiques montrent son talent d’artiste. Le goût de Jean est éclectique, on trouve dans son choix aussi bien Chopin par Guy de Pourtales (romancier qui s’était passionné pour les artistes romantiques) mais aussi Baudelaire avec « Les Fleurs du mal ».

Ou encore  le livre  « Oeuvres Alpines »  de Théodore Camus alpiniste lyonnais passionné et dont les écrits sont parmi les plus belles pages écrites sur l’alpinisme.

 

 

 

Mais il édita également des auteurs locaux dont James Couttet avec un ouvrage sur la technique du ski réalisé avec l’aide de Philippe Gaussot ou  encore Roger Frison Roche avec Premier de Cordée édité en 1943 .

Mais pour moi, les meilleurs restent ceux liés à mes souvenirs d’enfant avec les deux magnifiques livres de « Youpi le chamois » et « Hopy la marmotte », tous deux contés par Philippe Gaussot et illustrés par René Pellos dont les dessins magnifiques et les récits de nos deux héros de la montagne ont marqué mon enfance.  Merci Mr Jean Landru !

Hélas un mauvais investissement et des centaines de livres bloqués en Amérique du Sud marqueront la fin des éditions Landru.

Mais qu’à cela ne tienne. On se remet au travail, et la bienveillance de Jean et de son épouse puis de Madame Collignon qui prit le relais en 1974, la libraire Landru est restée le témoin de la passion des lecteurs de la vallée. Ici dans ce lieu devenu mythique la librairie a gardé cette atmosphère particulière où   se côtoient aussi bien les chamoniards que les visiteurs de passage ou les habitués des résidents secondaires car chacun y trouve son plaisir de lecture, de partage et d’échanges ! On ne peut que s’en féliciter !

Histoire et patrimoine de la vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

 

Une belle histoire familiale celle de l’hôtel de l’Aiguille du midi

 

L’histoire commence avec Aristide Cupelin né à « Le Nant » qui devient guide en 1899. Il épouse le 7 juin 1905 Elisabeth Fournier surnommée Elise originaire de Salvan qui a un garçon d’un 1er mariage . Cet enfant appelé Jules Marcel sera élevé par Aristide.

Le couple construit et ouvre en 1908 une auberge qu’ils appellent Hôtel pension de l’Aiguille du Midi. Bien situé près de la gare, et sur le chemin conduisant au glacier des Bossons, nombreux sont les touristes s’arrêtant à cette auberge à l’accueil chaleureux.

Jules Marcel Simond (dit « à la polenta ») hérite en 1920 de l’hôtel et de ses dépendances en échange d’une rente annuelle pour ses parents. Il épouse la même année Adeline Hélène Simond ( née à la Frasse) qui possède une belle expérience de gouvernante à Paris. La pension de l’époque est  composée d’un rez de chaussée et de 2 étages avec 14 chambres dont 4 mansardées au cœur d’un petit parc et d’un jardin très apprécié.

Cette seconde génération agrandit d’une aile supplémentaire l’hôtel dès 1925, le rendant nettement plus confortable. Ils aménagent les dépendances arrivant ainsi à 80 chambres. Ils ont deux enfants Denise et Arlette qui travaillent régulièrement à l’hôtel et les aident.

 

 

Denise épouse Jean Farini originaire des Mouilles mais aussi guide, tous deux prennent le relais dès 1945. Ils sont la 3ème génération.  Tout le monde à Chamonix se souvient de Jean animateur hors pair jonglant avec ses activités de guide et d’hôtelier et de Denise attentive à ses clients. Ici chacun met « la main à la pâte ».  Il y a beaucoup d’ambiance. Le charisme de Jean « y » est pour beaucoup. On agrandit les chambres, on les modernise. On aménage une piscine.

 

 

A l’avant de l’hôtel Le terrain de tennis est transformé en patinoire l’hiver.

 

 

 

 

 

L’été on y organise un tournoi  qui prend le nom de Coupe Jean Farini.

 

 

 

L’hôtel est connu pour ses animations : le 15 août, les soirées crêpes, les soirées cochonnailles, les bals costumés et j’en passe. Il y a de la vie dans ce petit hôtel des Bossons…. Afin d’améliorer le restaurant et lui offrir une vue encore plus ouverte ils construisent la rotonde ouverte sur le jardin qui, encore de nos jours, permet aux clients de profiter de la vue exceptionnelle sur l’Aiguille du Midi. Ils ont deux enfants Bernard et Cathy.

 

 

Bernard prend le relais en 1975. Ancien pâtissier au casino de Charbonnières, formé dans les plus grands restaurants de l’époque, il tient à s’investir dans l’hôtel familial.  Il épouse une normande Martine ( formée à l’école hôtelière de Granville puis à Londres) et tous deux développent le restaurant et le fameux buffet de desserts (vous souvenez vous de ce gâteau représentant l’hôtel et se  dépendances réalisé avec 60kg de chocolat?). Ils sont la 4ème génération.

Ils agrandissent encore un peu l’hôtel le reliant directement  à l’ancienne annexe. Bernard s’investit avec passion dans l’hôtel mais aussi dans la vie publique et reçoit la médaille nationale du tourisme.

 

 

 

Et c’est ainsi qu’ arrive, la 5ème génération puisque deux des enfants Marie Laure et Vincent avec leurs époux et épouse (Antonin et Carla) s’investissent peu à peu dans l’hôtel. Ils apportent leur jeunesse, leurs idées nouvelles, leurs regards sur ce monde du tourisme en pleine mutation.  Ils savent garder une atmosphère familiale, en complicité avec Bernard au jardin et Martine toujours attentive aux clients.

L’hôtel de l’Aiguille du Midi est encore l’hôtel bienveillant, accueillant et soucieux de ses clients. Merci à eux tous .

Espérons que La 6ème génération prendra le relais !

Sources : Archives de la famille Farini et de l’association des Amis du Vieux Chamonix

Histoire et patrimoine Vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

 

Snell…ce ne sont ni des Balmat, ni des Tairraz, ni des Couttet mais quelle belle histoire chamoniarde !

Chez  Snell,  l’aventure du magasin commence avec une belle histoire d’amour entre une jolie chamoniarde, Marthe Devouassoud  (de la famille de la fabrique des sonnettes) et un jeune militaire américain, Harold Snell, venu à Chamonix à la fin de la guerre pour se reposer avant de repartir aux USA. Harold reparti, Marthe n’a pas oublié la promesse de son américain de revenir l’épouser. Les lettres sont nombreuses et Harold veut tenir sa promesse, mais avant tout la famille tient à s’assurer de la bonne vertu du promis et après vérification auprès du pasteur de la petite ville d’origine d’Harold et la conversion de celui-ci  à la religion catholique, les deux jeunes gens se marient enfin en 1927.

Après la  naissance de Donald, ils ouvrent dès 1928 dans la rue Paccard (Résidence « Les Evettes » actuellement) un magasin d’antiquités appelé « Aux Armes de Savoie « .

Le magasin « Aux Armes de Savoie » dans la rue Paccard (ancienne route nationale)

les chamoniards ont pour habitude de recommander Harold pour servir d’interprète et. Harold ayant pris goût à l’alpinisme, devient un  interlocuteur recherché pour ses conseils. Déjà de nombreux alpinistes anglophones viennent à Chamonix si bien que le magasin d’antiquités voit se mêler avec les commodes Louis XV ou Empire tout un matériel de montagne : guêtres, piolets, cordes, mousquetons etc.

 

En 1934 le magasin d’antiquités déménage rue Vallot (Actuellement Ice breaker)  l

 

 

 

Marthe et Harold avec Yvette l’épouse de Donald

Le magasin rue Paccard  affiche l’enseigne :« Snell, articles de sports ». Il devient une référence en termes de matériel, d’autant que l’on  voit de plus en plus d’alpinistes amateurs sur les pentes des parois des aiguilles de Chamonix.

 

 

 

Durant la guerre, l’activité ralentit, d’autant que dès 1942 un nom américain  comme Snell agace les autorités.  Le magasin est spolié par les autorités du gouvernement Pétain en 1943. La famille récupère officiellement le magasin en 1948.

 

 

 

Donal s’active auprès de son père pour relancer l’activité du magasin. Si bien que durant les années 1950-1968 on  voit passer chez Snell les grands noms de l’alpinisme : Doug Scott, Chris Bonnington, Paragot, Bérardini, Desmaison, Rébuffat, Lachenal ou Terray.

 

 

 

En 1970, Snell s’installe en face dans le bâtiment nouvellement construit, « l’Outa ». Il est pratique, moderne et le magasin devient le lieu de rassemblement de tous les « potes » férus de montagne et de ski ! Il y a même un mur de granit où l’on peut essayer le matériel proposé dans le magasin.

 

 

Par ailleurs, les Snell possèdent  un champ près de la grosse Pierre d’Orthaz , surnommé le « Snell’s field »,  lieu de rassemblement de tous les alpinistes de passage, bien souvent anglophones. Chacun se souvient du petit camping installé à  cet endroit..

 

Le magasin est un lieu de rencontres, pour trouver un partenaire d’escalade, pour laisser un message à un ami,  un tableau situé au cœur du magasin est mis à disposition de chacun.

c’et le moment ou Donald crée avec ses collègues Sporalp et Sanglard la brochure 3S  afin de proposer  en commun leurs matériel de sports et leurs connaissances du monde alpin.

 

 

Dans les années 1970-1980,   Donald avec son épouse Yvette organisent  pour les petits chamoniards des activités ludiques et sportives entre autre la fameuse « Coupe Snell»  dans le champ du Savoy que les enfants adoraient.

 

 

Yasuo Kanda

Sans oublier dans cette même période l’arrivée à Chamonix des japonais, férus de montagne, grands alpinistes reconnus dont Masalu et Torunagamo, qui prêtent main forte aux Snell. Certains parmi eux eux s’installent et font souche à Chamonix . Tous les chamoniards connaissent Yasuo Kanda et Hiroshi Tsuda  piliers du magasin Snell. Beaucoup  épouseront des chamoniardes et l’on nommera leur descendance « Japoniards».

Le magasin Snell est devenu une institution.

Dans les années 1980-1990 , C’est Olivier qui commence à épauler ses parents  avec l’aide de Corinne son épouse.

C’est le temps  du monoski, des couleurs fluo, du Gore Tex, du film  « Apocalypse Snow » ou encore « Opéra vertical ». le temps des grandes descentes à ski dans une poudreuse de rêve.  Snell est   toujours à l’affût des nouveautés.

Tous se souviennent de cette productrice de cinéma  venue au, magasin afin d’équiper des pieds à la tête une centaine de personnes venue pour le tournage du James Bond ( « Le monde ne suffit pas » ). Une sacré belle aventure.

On s’adapte aux nouveautés telles que le trail. De nombreux magasins s’installent mais Snell reste la référence.

Olivia Snell

Maintenant, la 4ème génération prend le relais avec  Olivia fille

Marthe Devouassoud épouse Snell

d’Olivier et de Corinne qui s’investit déjà dans ce magasin familial  né de l’amour d’une chamoniarde et d’un américain en 1918.

 

 

Archives et photos familiales Snell

Histoire et patrimoine vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

 

 

Bicentenaire de la création de la Compagnie des Guides : 2021 ou 2023 ?

 

Délibération conseil municipal du 24 juillet 1821 Archives départementales 6 FS 194

En 1821, le 24 juillet un conseil municipal se rassemble autour du syndic Jean Marie Claret Tournier. L’ordre du jour étant d’essayer de réguler et de discipliner l’attitude des guides qui, pour certains, laissent une mauvaise image auprès des clients . La commune craint de voir baisser la fréquentation des visiteurs dans la vallée : « beaucoup se rendent coupables de mille impolitesses envers les étrangers en les assaillant sur la route par leurs importunités »

Délibération conseil municipal du 24 juillet 1821 Archives départementales 6 FS 194

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On dresse alors une liste de 34 guides patentés et douze supplémentaires (mais ne sont pas reconnus comme guides), ils sont seuls autorisés à conduire des clients. Est établi un tour de rôle pour la distribution des courses et est nommé un « commis intelligent » (guide chef) choisi parmi les guides pour la distribution des excursions. Concernant les mulets, ne sont autorisés que les mulets des guides concernés (éventuellement ceux des auberges). Par ailleurs chaque guide devra payer une somme de 10 livres à la commune pour droits de passage sur les fonds communaux.

Les contrevenants à ce règlement sont amenés à payer une amende à la commune.

On remarquera que rien n’évoque l’accident de 1820 ou trois guides décèdent et disparaissent dans le glacier lors de la tentative vers le mont Blanc du docteur Hamel.

Beaucoup considèrent que cette décision du conseil municipal du 24 juillet est l’acte de naissance de la Compagnie des Guides de Chamonix.

Mais dans le royaume de Piémont Sardaigne avant de promulguer un règlement la commune se doit de le faire reconnaître par l’intendant du royaume. L’État a un droit de regard sur les décisions.

Conscient que l’avenir du développement touristique de la région est une belle aubaine le Vice intendant Mr Gaspard Sébastien Brunet mesure l’intérêt de la situation car il faut encourager le tourisme en aidant le visiteur à mieux appréhender leur voyage, mais aussi à gérer une commune tentée d’administrer ces guides prompts à la tentation d’améliorer leurs gains.

En 1822, le Vice Intendant aidé et conseillé par son ami Joseph Nicolas Nicollet (originaire de Cluses) propose une série d´adaptations au règlement proposé par le Conseil Municipal.

Nombreuses sont ensuite les échanges entre l’état et la commune de Chamonix qui se solderont par le fameux « Manifeste de la Royale Chambre des Comptes (CAD L’Etat) finalisant un règlement structuré qui voit le jour officiellement le 9 mai 1823 avec 58 articles (dans le règlement du conseil municipal de 1821 il y en avait dix) plus  la création d’une  caisse de prévoyance.

C’est l’annonce officielle de la création de la Compagnie des Guides de Chamonix.

 

Ainsi, le tour de rôle proposé en 1821 est maintenu avec des détails d’organisation précis :

On instaure définitivement un  guide chef.

On exige la tenue d’un registre avec liste des guides, des courses mais aussi des clients.

On dresse une liste de 40 guides de Chamonix que l’on divise en deux classes !

On impose des tarifs  pour l’ensemble des courses.

On crée une catégorie d’aspirants, de même une liste de 24 porteurs (mais qui ne fait pas partie des guides).

…Finalement un règlement  strict mais plutôt favorable aux guides.

Parmi ces diverses catégories de règlement deux sont parmi les plus importantes car toujours d’ usage 200 ans après.

1erLa tragédie de l’accident du docteur Hamel en 1820 a fait prendre conscience aux autorités et à l’ensemble de la communauté chamoniarde de la fragilité de la relation « guide-client » L e guide est il le serviteur du client? Un client fortuné a-t-il tous les droits ? Ce sera une des décisions majeures du règlement à venir de 1823. On précise ainsi que la décision de faire demi-tour doit être décidé à la majorité des voix entre les voyageurs et les guides et comme les guides sont toujours plus nombreux …

Le guide sera donc seul juge de la décision à prendre en cas de risque.

Une première décision écrite dans le marbre du 1er règlement : majeur pour la profession.

2e le vice intendant Gaspard Sébastien Brunet aidé et « poussé » par Joseph Nicolas Nicollet, savoyard, prend conscience de la dangerosité de ce nouveau métier. Celui-ci conscient des drames que peuvent causer un accident ou une disparition se préoccupe de l’intérêt du guide et suggère d’intégrer «les amendes et les rétributions annuelles pour former « une masse  qui serait une sorte d’épargne et de prévoyance au moyen de laquelle on pourrait venir au secours des guides frappés de quelques malheurs »  c’est ainsi qu’est imaginé un fonds de secours qui à l’origine proposait un reversement à la commune alors que dans ce nouveau règlement l’État propose un reversement aux guides .

Décision incroyablement innovante pour l’époque. C’est l’origine de la création du premier fonds de solidarité toujours d’actualité de nos jours 200 ans après! Mais qui fut proposé par l’Etat !

C’est ainsi que l’on peut considérer que l’idée d’un règlement pour contrôler les guides est né en 1821 mais qu’il sera concrétisé par l’Etat en 1823.

Sources : Archives départementales . Archives Association des Amis du Vieux Chamonix

Histoire et patrimoine Vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

error: Contenu protégé !