Category: Tous les articles du blog

La Pierre à Ruskin, un témoignage oublié d’un homme d’exception !

Livre « John Ruskin et les cathédrales de la Terre » . Auteur André Hélard – Editions Guérin – 2005

 

Merci à  André Hélard qui m’a très gentiment proposé ce texte ci dessous sur la Pierre à Ruskin.

André  Hélard est écrivain spécialiste de John Ruskin.

 

 

 

 

C’est un bloc erratique (comme la Pierre d’Orthaz de l’autre côté de la vallée), un de ces énormes blocs de pierre charriés par les glaciers, au temps très lointain où ils étaient descendus dans la vallée, et restés là lorsque ceux-ci se sont retirés.

C’est sur cette pierre qu’en 1925, selon Le Figaro de l’époque, « le 6 septembre, à Chamonix, sous la présidence du préfet de la Haute-Savoie, et en présence des autorités régionales et de personnalités de France et d’Angleterre, fut solennellement apposé, dans la célèbre pierre dite « pierre à Ruskin », le médaillon en bronze de l’illustre écrivain ». Ce médaillon était l’œuvre du sculpteur Tarnowski.

Illustre écrivain, Ruskin, que Marcel Proust mettait en 1900 sur le même pied que Tolstoï, Nietzsche ou Ibsen, l’est en effet pour son œuvre immense, qui court sur 45 années, riche d’innombrables titres, dont les principaux sont Modern Painters, Les 7 Lampes de l’Architecture, Les Pierres de Venise, Sésame et les Lys.

Chamonix, dont il tomba follement amoureux lors de sa première visite, en 1833 (il avait 13 ans et demi) tint dans sa vie comme dans son œuvre (en particulier dans « Of Mountain Glory », 4e volume de Modern Painters) une place éminente, et il n’y fit pas moins de 18 séjours (parfois de 3 jours, parfois de 3 mois), entre 1833 donc et 1888.

Il aimait, en particulier, aller s’asseoir, après le dîner, pour contempler les Aiguilles et voir se coucher le soleil, sur ce qu’il appelle « ma grosse vieille pierre sous le Brévent », et qui, pour ceux des Chamoniards qui avaient fini par bien le connaître, est donc devenue « la Pierre à Ruskin ». Beaucoup de ses descriptions de soleil couchant sur les Aiguilles ont été faites depuis cet endroit d’où il avait, de sa Pierre, une vue splendide (aujourd’hui masquée par un rideau d’arbres), une des plus belles de Chamonix, sur tout le panorama des Aiguilles.

 

Mais par un étrange paradoxe l’hommage qui lui fut ainsi rendu a fini par trop souvent déformer ou occulter la réalité du lien entre Ruskin et Chamonix : c’est ce que j’appellerai le cliché de la Pierre à Ruskin : un vieil homme (barbu voire un peu barbant…), assis là à regarder les montagnes. Alors que le Ruskin amoureux de Chamonix fut d’abord un homme jeune et sportif. Il a 23 ans quand paraît le premier volume de Modern Painters où figurent ses premiers textes sur les Alpes, et 37 ans quand paraît « Of Mountain Beauty ».

 

 

Bien loin d’avoir passé son temps assis sur « sa » pierre, Ruskin eut une vraie pratique de la montagne, avec, à Chamonix, des séjours hyperactifs, en particulier à partir de 1844, avec un guide exceptionnel, Joseph-Marie Couttet. Il se révèle être un marcheur, un randonneur et même un excellent grimpeur, qui n’a cessé de parcourir les Alpes (outre Chamonix, Courmayeur, Macugnaga, Zermatt, et aussi plus tard l’Oberland bernois). Et à Chamonix, il passe « de rudes journées », il fait « de dures ascensions ». Il part souvent à 6 heures, voire à 5 heures du matin. Et il est parfois 10 h du soir quand il tient son journal, où il se déclare fourbu, mais ravi, et prêt à recommencer le lendemain. Bref, comme il l’écrit en 1844 : « Je sais que je peux marcher avec les meilleurs guides et épuiser les mauvais ».

Cette intense activité physique est pour lui la condition de sa compréhension de la montagne dans toutes ses dimensions. Il s’approprie les lieux par le regard, en un étonnant mélange d’esprit scientifique (influence de Saussure), esthétique (Turner) et religieux (la  Bible) qui marque son aboutissement dans ses magnifiques écrits sur les Alpes.

 André Hélard

Œuvres principales de John Ruskin  : Les peintres modernes( réflexions sur l’art) en cinq volumes  – Les Pierres de Venise – Les sept lampes de l’architecture –  Sésame et les lys –

Ruskin écrivain  était avant tout un grand critique d’art mais par ailleurs était peintre, aquarelliste, dessinateur et photographe avec les tout premiers daguerréotypes de Chamonix

 

Histoire et patrimoine de la Vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

 

Une belle restauration : l’ancien hôtel Beausoleil et des guides

 

Peut être que certains, parmi vous auront remarqué la belle restauration  de la façade de la résidence « Beausoleil et des guides », travail réalisé par une artiste murale  Géraldine Ciampo .

 

C’est un réel plaisir de découvrir cette façade restaurée,  témoignage de notre  histoire et notre patrimoine.

Mais savez vous que ce petit bâtiment raconte une longue et riche histoire de ce petit coin de Chamonix ?

En  1790 un certain Michel  Paccard tenait une auberge au centre de Chamonix  cette auberge  porte en 1853 le nom de « la Réunion des Amis » . On sait qu’elle se trouve à l’arrière d’un hôtel appelé  l’hôtel de l’Union disparu de nos jours.

Cet  hôtel de « la Réunion des Amis » est cité dans de nombreux ouvrages et guides entre 1868 et 1895. Selon les divers propriétaires entre 1864 et  1900, il sert  d’annexe à l’hôtel de l’Union,  prend le nom parfois  d’ hôtel du  « Palais de Cristal » puis retrouve le nom d’origine « La Réunion des Amis »

Le 20 décembre  1920 : il est passablement détruit par le feu

 

En 1923 il porte toujours le nom de la Réunion des Amis , période où  le propriétaire loue le rez de chaussée  un à usage d’épicerie.

En 1930 le bâtiment est  acheté par la famille Claret qui le rehausse d’un étage et le transforme en logements puis le réaménage en hôtel en 1936. L’hôtel s’appelle tout d’abord  « hôtel Claudia »  puis  hôtel  « Beausoleil et des guides ».

La famille se réservant le rez de chaussée utilisé pour la boucherie jusqu’en 1981.. Beaucoup  de chamoniards s’en souviennent !

 

 

 

L’hôtel est  transformé en appartements en 1989.

Les médaillons d’origine avaient été réalisés par le peintre local Serge Gaffoglio, représentant divers portraits de guides célèbres de la vallée de Chamonix. Ils ont été restaurés avec soin.

Un bon point pour notre patrimoine !

Sources : Archives et bibliothèque Association des Amis du Vieux Chamonix – Guides : Joanne 1882, 1913. Guide Diamant : 1891 – Flâneries au pied du Mont-Blanc de Christine Boymond Lasserre et Joelle Dartigue Paccalet.

Histoire et patrimoine Vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

Ellie Pellegrin : Un artiste chamoniard un peu oublié

 

Nombreux sont les endroits dans la vallée de Chamonix où l’on retrouve la « patte » d‘un artiste qui, durant près de 50 ans, a réalisé de  très belles œuvres.  Nous les  connaissons, mais   nous avons bien souvent oublié le nom de leur auteur : Elie Pellegrin.

Né à Toulon en 1914  (d’une  maman originaire de Trient), il est formé au dessin industriel et trouve  un emploi à l’arsenal de Toulon . Cependant, il  adore les beaux arts et prend des cours du soir pour découvrir le fascinant monde artistique.  . Il dessine, il invente à tout moment des objets en tous genres, c’est  le début d’une vraie passion !

Elie Pellegrin, lors d’un séjour à Chamonix, tombe amoureux de la vallée et après avoir épousé une chamoniarde, Susy  Bossoney, il  s’y installe en 1945..

Doué, il touche à tout. Au début, il travaille le bois, il prend plaisir à sculpter et donner forme à cette matière qui, sous ses mains, devient objet d’art. Profondément religieux, il se tourne naturellement vers des œuvres à thème  chrétien :  crucifix, statuettes, médailles… Il connaît vite le succès . Peu  à peu, il se tourne vers les émaux  sur métal, mais aussi sur bronze, cuivre,  et finalement argent et or.  Il développe une technique très personnelle   bien vite appréciée des amateurs d’art.

Ses créations  prennent toujours un aspect coloré, lumineux. Son esprit imagine et son talent développe un style presque  d’avant-garde, dès les années 1960. .

Son atelier est aux Praz, près de la maison familiale. C’est une  réelle petite entreprise avec un ou deux employés et les membres de la famille laquelle il est très attaché ! Il affectionne  ses  11  neveux  et nièces qui souvent viennent le visiter dans son lieu de travail.  Il ouvre en 1968  une boutique, rue Paccard, dont beaucoup se souviennent encore. Il vend aussi bien des  médailles religieuses que des petits bijoux, souvent pièces uniques. Il a un tel succès qu’il n’arrive pas à fournir l’ensemble des  commandes provenant non seulement de la France, mais du monde entier.

Son savoir faire délicat, sa technique très moderne, lui. confèrent une grande réputation. Malheureusement, n’ayant pas protégé ce savoir, il sera copié bien largement !

 

Durant  30 ans, il réalise gratuitement la matrice  des médailles de bronze  des guides honorés par la fête des guides du 15 août (visibles au musée alpin). De même, il  fabrique  la médaille représentant  Jacques Balmat et Michel Gabriel Paccard  qui se trouve   juste au dessus de la porte d’entrée de la Maison de la Montagne, celle de Jean Estéril Straton  et celle de Gérard  Devouassoux.  Et aussi  à l’entrée du bureau des guides d’Argentière.

 

Il s’essaie à la composition du vitrail, dont deux situés à la chapelle des Tines sont remarquables de précision et de couleurs vives.

Fier de son village des Praz,  il consacre beaucoup de temps avec ses amis,  René Simond, Christian Couttet et  les  familles Tairraz et Chamel, à l’entretien de la chapelle située tout près de son atelier. Il sculpte la  très belle statue de la Vierge située au dessus de la porte d’entrée, de même celle à gauche dans le chœur, et la porte du tabernacle admirable travail d’émail sur bois.

C’est encore lui qui réalise la porte du tabernacle de la nouvelle chapelle du Tour. Et aussi l’oratoire situé en face de l’hôtel Excelsior.

Il prend sa retraite officielle à 75 ans,  mais continuera de travailler jusqu’à 90 ans, tant son inspiration artistique avait besoin de s’exprimer.

Respect Mr Pellegrin !

Histoire et patrimoine Vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

 Hôtel de Chamonix , devenu hôtel « le Chamonix » avec Mélanie

 

Pour nous, ce petit « Hôtel  le Chamonix » est avant tout évocateur de la bonhomie et de la bonne humeur de Mélanie. Elle et son mari, Mr Guy Bouchard, l’achètent en 1965. Tous deux tiennent l’hôtel jusqu’au décès de Guy . Mélanie prend alors en main cette petite entreprise familiale. Elle est chaleureuse, toujours gaie et les guides et moniteurs voisins ont plaisir à se rendre au café-restaurant de l’hôtel. Leur habitude d‘aller  chez Mélanie ,   amène le petit café à changer  son enseigne pour devenir le  café restaurant  « Chez Mélanie». Mélanie, avec son sens de l’accueil, fera de son café le camp de base réputé  des habitués du quartier.

 

Les témoignages chaleureux lors de la cérémonie funéraire de Mélanie témoignent de son incroyable  dynamisme et gentillesse.

 

Mais ce petit « Hôtel de Chamonix », car tel est son nom originel,  pourrait raconter bien  de choses. Son histoire remonte au milieu du XIXe siècle. Il est construit selon les habitudes chamoniardes  avec des murs constitués des boules d’Arve liées  à la  chaux puis recouverts de crépi.

 

Joseph Victor Folliguet, menuisier, guide, entrepreneur, achète par adjudication  en 1883  un immeuble  faisant partie d’un lot de trois bâtiments. Il le transforme en petit hôtel.

On y remarque les encadrements de granit aux portes et aux fenêtres qui sont l’identité locale  typique en ces périodes de la Belle Epoque. De même pour les ferronneries bordant les fenêtres de l’hôtel. A sa mort en 1898,  c’est son épouse  Marie Dorothée Folliguet née Tairraz qui  tient l’hôtel quelques temps.

Puis Emma,   sa fille,  hérite de l’hôtel. Femme énergique et volontaire, elle  gère  son petit hôtel mais aussi l’Hôtel Suisse (https://www.blogdechristineachamonix.fr/lhotel-suisse-devenu-le-park-hotel-suisse-une-belle-histoire-dune-famille-hoteliere-chamoniarde/)  situé en bordure de la route nationale (rue Paccard actuellement),  propriété de son mari Etienne Alphand.  Ils sont pratiques, et comprennent l’intérêt de communiquer au mieux afin d’attirer  les clients potentiels et c’est ainsi  qu’ils  diffusent une publicité accrocheuse aux deux noms : Folliguet et Alphand.

A la mort d’Emma, ce sera son fils Joseph Alphand qui le gérera avec son épouse Elise Vuarand, qu’il a épousée en 1937. Joseph décède en 1957. Elise gère un temps l’hôtel, ou plutôt le met en location. Sans  héritier, elle vend l’hôtel aux époux Bouchard en 1965.

Sources : Archives personnelles de  Nadine Bouchard, archives association des Amis du Vieux Chamonix

Histoire et patrimoine vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

 

 

 

 

 

Quelle est l’origine du nom d’Argentière ?

 

Argentière et son église avec sa façade baroque et son clocher en flèche !

 Dans les anciens documents comme ceux de la gabelle du sel de 1561, Argentière n’existe pas en tant que hameau ou village. A cette époque, lorsque  l’on évoquait les hameaux du haut de la Vallée, les documents citent les  « hameaux  et maisons escartés de la dimerie au dessus des Thynes » .

Ce n’est qu’en 1726  que le nom « Argentière » apparaît officiellement  lorsqu’est créée sa paroisse. Au tout début, les habitants  avaient pour habitude de parler de « l’Argeintire » qui deviendra dans les documents paroissiaux « l’Argentière » puis « Argentière ».

Certains prétendent  que cette origine étymologique proviendrait d’une mine ou d’un filon d’argent  disparu depuis. Pour d’autres, le filon se trouverait sous le glacier…  A chacun son idée. Certains pensent  tout simplement que seule la couleur argentée du glacier aurait pu donner ce nom au village.

A savoir  qu’en France il existe de très nombreux villages appelés l’Argentière ( Ardèche – Hautes Alpes – Vivarais – Gard  – Tarentaise,  etc.), ayant souvent  un lien avec l’exploitation de mines métallifères tirant leur nom  d’ « argentaria » issu du latin « argentum » signifiant métal ( Suter).

Plus près, à Servoz, existe un lieu-dit appelé « les Argentières ».

En  remontant plus loin dans le temps,  la racine  AR est reconnue  comme étant  d’origine  indo- européenne (arg – ar(e)g) signifiant blanc-brillant, peut-être la couleur du glacier ? Mais aussi n’oublions pas que  de nombreux noms dans le massif alpin indique une occupation pré celtique. On peut donc imaginer que depuis des temps immémoriaux, on parlait d’Argentière et cela bien avant la création de la paroisse.

Certains anciens documents évoquent  une aiguille s’appelant  « Argenteria » parfois nommée « Dargentire »! Dans un parchemin des archives départementales datant de 1497 à propos de transactions concernant l’alpage des Péclereys  on retrouve l’appellation Argenteria ( acta fuerunt predicta apud campum munitum in villa de Argenteria ou l’on peut traduire ainsi les actes  furent réglés sur le domaine d’Argentière dans la commun e de Chamonix)

N’est-ce pas  resté dans la mémoire collective des habitants de la haute vallée de l’Arve? Et ne l’auraient ils pas  adopté au moment de la création de la paroisse ?

Ce qui est sûr c’est qu’en 1726, on adopte  définitivement le nom d’Argentière, écrit sans s final. !

Cependant, vers 1938, des documents  provenant  de l’évêché sont  écrits « Argentières »   ou « Argentière », avec ou  sans s !  Au bon vouloir des instances épiscopales ? Peut être aussi pour imiter les villages dont le nom  portait un s final ?

A l’arrivée du train à Argentière (1908), les publicités lancées par le PLM écrivent Argentières avec un s, et les hôtels font de même. Mais pas toujours !

Donc unanimement on écrit Argentières avec un s. Mais dans les foyers, les paroles vont bon train affirmant qu’Argentière dans les temps anciens s’écrivait sans s.

Finalement, en  1926, le conseil municipal présidé par le maire  Jean Lavaivre  décide qu’Argentière s’écrira  définitivement sans s. Mais l’épiscopat continue encore de l’écrier avec un s

 SOURCES :   Site internet Henry Sutter – Revue de géographie alpine  –  Ouvrage :  « origines des noms de montagnes de Haute Savoie » de Jean Philippe Buord  –  «  Les noms de lieux de la région du Mont Blanc » de Roland Boyer.

Revue de la paroisse du mont Blanc. – Guide Vallot .

Histoire et  patrimoine vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

 

 

 

 

L’hôtel suisse devenu le Park hôtel Suisse : Une belle histoire d’une famille hôtelière chamoniarde

C’est une histoire qui commence tôt, vers 1856, lorsqu’à à Chamonix s’ouvre un « Hôtel Suisse » tenu par Joseph Bozon. Quelques années plus tard, ce même hôtel fait de la publicité. Il est tenu par Ambroise Simond dès 1861 et ce jusqu’ en 1889, jour de son décès. Son fils Alphonse tient l’hôtel quelques années et finalement le vend  à Etienne Alphand en 1892 (l’acte de vente précise : Maison située à Chamonix, portant l’enseigne Hôtel Suisse, avec grange, écurie, bûcher, place à fumier, et jardin derrière le tout. Et tout le matériel servant à l’exploitation de l’hôtel). ( archives Association Amis du vieux Chamonix).

Etienne est un personnage entreprenant, il épouse Emma Folliguet en 1899, elle-même héritière d’un autre hôtel situé près de l’église. Ils se marient en séparation de biens. Emma veut gérer ses immeubles indépendamment de son mari.

Dans son livre « Il était une fois la montagne » (, France Empire),  « Pépé Luc »  raconte à propos de l’hôtel et de sa future belle mère, la fameuse Emma :

« C’était un établissement confortable pour l’époque, dans chaque chambre il y avait une table de toilette à dessus de marbre avec une grande cuvette de porcelaine et le porte savon assorti. Les clients sortaient le matin pour remplir leurs brocs à un réservoir d’eau chaude placé sur le palier ;  Emma était une femme d’ordre qui tenait à jour son livre de comptes. Assurant ses achats  entre autres à la Samaritaine à Paris : boutons, rubans, mousseline, toiles pour torchons, taies d’oreillers, draps… Mais aussi col de fourrure, plumes d’autruche…  Mais le plus étonnant : la série des œuvres de Victor Hugo, le dictionnaire Larousse et même une méthode pour apprendre à jouer du piano ! »

 

L’hôtel est tenu avec rigueur et, les années passant, le couple  achète une maison mitoyenne, car ils désirent améliorer et agrandir ce petit Hôtel Suisse qu’ils possèdent. Ils l’appelleront désormais « Hôtel de Chamonix  et Hôtel Suisse » .

En 1907, ils entreprennent  de grands  travaux d’agrandissement. Le projet est ambitieux, 40 chambres supplémentaires, sur six étages avec chauffage central et salles de bains à tous les étages et luxe suprême en haut de l’hôtel une patinoire ! N’est ce pas le rêve ?

Mais Emma décède brutalement en 1908.

Ses deux enfants sont jeunes. Etienne Alphand continue les travaux. L’hôtel ferme durant la guerre. iL nécessite de gros travaux de restauration pur le remettre en état. Etienne fait un emprunt important pour assurer la fin du projet d’origine , le  met un temps  en location. Mais sa fille Bertha, dès son plus jeune âge, s’intéresse à  l’hôtel  . Elle épouse Luc  Claret  Tournier en  1921. Elle a 20 ans.  Elle dirige déjà l’hôtel de main de maître !

 

D’elle Pépé Luc dit  : je n’avais pas marié une femme mais une Dame. Après la noce, je suis donc allé vivre avec ma femme à l’Hôtel Suisse.

En 1928 Bertha déclare à l’administration : 21 chambres dans la vieille maison, 46 dans la maison neuve, la Vieille maison étant l’hôtel d’origine et la maison neuve l’agrandissement fait en 1907-1909. Bertha tient  l’hôtel durant 43 ans jusqu’à son décès.  Luc prend alors le relais pendant encore une dizaine d’années puis laisse la place à son fils Jean .

Pépé Luc se retire dans sa maison natale aux Mouilles.

 

 

Dans les années 1950, l’hôtel prend le nom d’ « Hôtel Suisse et de Hollande ». Jeannot fils de Bertha et de Luc prend le relais.

 

 

Il engage le projet d’une troisième tranche  et c’est ainsi que dès 1961 les travaux sont entrepris côté Brévent pour une aile comprenant 33 chambres. C’est le  « Park Hôtel Suisse », mais aussi le restaurant « la Calèche »(il  avait réussi à faire entrer dans le local une calèche !)e une boîte de nuit : le Tobogan ». Il réalise une piscine panoramique à la place de la patinoire qui durant l’été servait de terrasse.

Tout le monde se souvient de Jeannot  image phare de la ville de Chamonix, précurseur du ski patinette mais aussi le premier à faire le «clown» en ski, il maîtrise sa discipline de manière à être un professionnel de ski sur échasse ! Il est ainsi repéré par Walt Disney, avec qui il part aux Etats-Unis durant deux ans pour tourner dans des films, et rencontrer de grands acteurs comme le célèbre Sean Connery : (Vidéo INA Pépé Luc, « L’acrobate des neiges » voir la vidéo)

Digne descendants de cette famille hôtelière arrive la quatrième génération.

De nos jours Jean  Luc, aidé de sa directrice Kattia Berraho,  dirige le Park Hôtel Suisse lui donnant ses lettres de noblesse d’hôtel  quatre étoiles et Laurence, digne héritière de sa grand  mère et de son arrière grand-mère,  gère avec une grand talent et aidée de son directeur Alain Fait,  le restaurant « la Calèche ».

 

Le restaurant n’a pas changé et on a toujours un immense plaisir à retrouver dans ces locaux les innombrables souvenirs (objets et photos) rappelant la vie et l’évolution de cette ancienne famille hôtelière chamoniarde. Laurence continue la tradition dans la création d’autres restaurants dans la vallée.

 

Sources : Archives familiales Claret Tournier, archives Association des Amis du Vieux Chamonix, livre de Luc Tournier (pépé Luc) : il était une fois la montagne » ( éditions France Empire).

 

 

 

 

Histoire et patrimoine Vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

Un des plus anciens magasins de Chamonix : l’ancienne boutique « A la Renommée »

 

 

Qui à Chamonix n’a pas connu « la Renommée » ? Le magasin de chaussures  tenu par Luc Payot cordonnier, puis par sa fille Eva et maintenant par son petit fils Didier ? Que  de souvenirs encore vivaces chez les chamoniards.

En centre ville, tout près du super-U, un des rares magasins familial de Chamonix est toujours là depuis 1860, soit il y a 160 ans !

Ici, après le terrible incendie de 1855 qui détruit une grande partie de Chamonix, la famille Payot aménage dans une veille ferme un magasin. Ils sont cinq enfants : deux garçons, Louis et Henri, et trois sœurs, Léocadie,  Judith et Irma… Les garçons sont cordonniers, les filles couturières. Dans les années 1880, Chamonix entre dans une période où les visiteurs et les touristes viennent de plus en plus nombreux.

Les sœurs donnent des cours de couture, mais surtout proposent à la vente des tenues plus pratiques et mieux adaptées pour les jeunes femmes empruntant les chemins et montant les mulets… Les tenues citadines ne sont pas de mise et donc les trois sœurs l’ont bien compris !

Quant aux garçons, ils proposent aux clients ce fameux bâton-canne indispensable à un bon touriste faisant les excursions traditionnelles de la vallée. Et oui, après chaque balade, on se doit de faire graver au fer rouge dans le bois des encoches correspondant à chaque promenade que le client a réalisée, le but étant de marquer son bâton jusqu’en haut. La maison a donc du matériel, avec soufflet et « fers » pour dessiner  sur le bois les inscriptions demandées.

Le Guide Conty de 1885 écrit à ce propos : « le bâton est d’une nécessité presque absolue pour les ascensions et les descentes. Le meilleur est celui qui peut servir à la fois d’arme et de soutien et qui est garni d’un côté d’une pointe de fer et de l’autre d’une corne de chamois. Le bâton doit avoir deux mètres au moins de manière à pouvoir servir au besoin comme une perche pour franchir les ruisseaux et les torrents. La plupart des voyageurs font graver leur bâton au moyen d’un fer rouge tous les endroits où ils passent ; de là cette enseigne que l’on voit partout « ici on marque les bâtons ».

Dans tous les guides imprimés de l’époque on trouve les diverses publicités et recommandations pour le magasin « La Renommée » créé par Louis qui avait hérité de la boutique. Il se consacre uniquement à la chaussure, les tenues vestimentaires disparaissent et à partir des années 1900 il devient un des très bons  cordonniers chamoniards possédant la technique des chaussures dites « à tricounis et ailes de mouche », sortes de ferrures à pointes que le cordonnier Louis ajuste sur semelles de cuir. Chaussures très recherchées afin de mieux adhérer au rocher ou à la neige ! Mais que bien souvent il faut réajuster ou changer !

Ces chaussures pèsent jusqu’à 2 kg chacune !

 

 

Avec l’arrivée de la semelle Vibram, les Payot s’adaptent , Luc prend le relais. Qui n’a pas connu Luc  l’habile cordonnier !  Puis sa fille Eva tient le magasin quand son père continue à se consacrer à la cordonnerie. Et finalement c’est Didier qui modernise le magasin et c’est ainsi qu’au cœur de Chamonix on peut encore voir dans une des vitrines une photo exceptionnelle des ancêtres Payot à l’origine de ce magasin de chaussures.

 

Sources : Archives familiales de la famille Payot –

Histoire et patrimoine de la Vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

 

 

 

Un alpage de petite montagne ou « mointieu » : Charousse

 

En cette période de confinement puis de dé confinement, Charousse reste un des lieux les plus chers aux habitants de la vallée. Pour le promeneur, Charousse au pied du massif du Mont Blanc est un lieu magique. Ici  On bascule dans le temps, on s’imprègne de cette atmosphère de sérénité sur ce léger plateau protégé par la forêt, où l’homme a bâti ces «chalets». Possession depuis plusieurs siècles de familles de Vaudagne, les fermes sont rachetées durant l’entre deux guerres par l’architecte Albert Laprade qui, séduit par cette clairière et  passionné de culture rurale, engage une grande partie de sa fortune à leur entretien et à leur conservation.

Merci Mr Laprade !

 

Charousse nous raconte la vie rude de ces paysans lorsque, à la mi-saison, six familles quittaient leurs fermes de Vaudagne en début d’été pour venir loger ici avec leur troupeau pendant un mois ou deux. C’était ce que l’on appelait la «remue». Quand l’herbe ne suffisait  plus, chacun envoyait ses vaches au troupeau communautaire, plus haut encore dans les pâturages supérieurs appelés « la grande montagne ».

Charousse était une estive dite de «petite montagne» ou «montagnette» ou encore « mointieux ». C’est-à-dire de transition entre la vie au village et la montée en alpage supérieur. Cette « montagnette » comprenait  six chalets, dont cinq datant du XVIIIe, le tout dans une belle unité architecturale propre aux temps anciens. Ils sont un témoignage unique dans notre vallée de ces temps révolus. L’ensemble architectural de Charousse est remarquable. Authentique, il nous éclaire sur l‘art de la construction rurale qui traduit ce savoir vivre en commun avec les bêtes. La cohabitation hommes-animaux était une nécessité vitale. C’était le principe de base de l’habitat traditionnel dans la vallée de Chamonix.. Le séjour étant temporaire, l’aménagement restait rudimentaire.Les chalets ont tous été édifiés selon un plan commun.

 

Une partie supérieure en bois abritait la grange, une partie inférieure édifiée en pierres où logeaient les familles et les bêtes divisée en deux sections distinctes.. Dans la partie occupée par l’homme se trouvaient, une ou deux pièces dont la cuisine, appelée « outa » la pièce à tout faire . C’est ici que le foyer s’ouvrait sur une grande hotte pyramidale traversant la grange. Dans cette large cheminée appelée « bouerne » on faisait  fumer les salaisons. Tout à  côté, le « pèle » servait de pièce commune à l’ensemble de la famille.. Les animaux occupaient l’autre section maçonnée tournée vers l’aval.  Cet  espace communiquait avec l’extérieur par une porte mais était aussi toujours accessible depuis l’outa.Il est à noter la solidité de la  charpente des granges. Elle devait résister aux tonnes de neige qui la  recouvraient en hiver. Ces fermes ont quasiment toutes conservé une « cort’na », auvent clos sur trois côtés donnant accès à l’habitation, à l’écurie et à la grange.

Cet ancien alpage a évidement a perdu le son et l’écho  des clarines qui, dans les temps anciens, y résonnaient.  On doit à Mr Laprade et à ses successeurs d’avoir su préserver ce bel ensemble. Que serait il devenu sans eux ?

Sources : archives de l’ « Association dans l’temps » des Houches – De nombreuses et enrichissantes discussions avec Mme Barré fille de Mr Laprade dont je garde un très joli souvenir. Avec un grand merci à tous les membres de la famille qui m’ont toujours très bien accueillie.

Histoire et patrimoine Vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

 

error: Contenu protégé !