Il y a cent ans le MAJESTIC ouvrait officiellement ses portes


En période de Belle Epoque (1885-1914), Chamonix connaît un développement fulgurant. La famille Cachat, propriétaire de l’Hôtel Mont-Blanc, se lance dans la construction d’un palace. Elle possède des terrains remarquablement bien situés au pied des pentes du Brévent. L’avenir touristique est prometteur et le projet est grandiose. On fait appel à Alexandre Bordigoni, architecte suisse. Dès 1911 les travaux sont engagés. Un immense  palace voit le jour. 300 chambres dont 200 avec salles de bains. Il trône au milieu de jardins somptueux. Des tennis sont aménagés en contre bas afin d’ assurer à la clientèle une animation estivale.

 

Pour ce faire, la famille fait un très gros emprunt auprès du Comptoir Suisse. Hélas, la guerre est déclarée en septembre 1914. C’est la chute du tourisme, le personnel est manquant, le palace vivote. Après guerre, la vie reprend peu à peu. On inaugure officiellement le palace durant l’été 1919. Les voyageurs reviennent dans la vallée. Le palace connaît même en ces années folles une vie éblouissante de fêtes mondaines, galas, bals masqués, concerts en tous genres pour satisfaire une clientèle internationale bien souvent exigeante et excentrique. Animation qui cache cependant une gestion difficile pour la famille. Le coût de l’emprunt lancé avant guerre a quintuplé, la famille, prise à la gorge, se voit dans l’obligation de confier la gestion du palace à la banque ! L’arrivée de la seconde guerre mondiale est évidemment catastrophique, les touristes sont peu nombreux.
A partir de 1943, le palace est réquisitionné pour servir d’hôpital aux officiers allemands, puis en 1944 aux officiers américains.
Après la guerre, la vie reprend peu à peu, le palace cependant ne retrouve pas cette clientèle riche et aisée des périodes fastes. Bien que le sultan du Maroc ou l’Agha Khan viennent régulièrement avec leur cour, le Majestic peine à entretenir ce prestigieux palace où plus de 200 personnes, dont 80 cuisiniers, sont nécessaires pour le faire vivre ! Chaque cuisinier dirige une brigade (environ 7-8 personnes) pour chaque spécialité (viandes, poissons, entrées). Sans compter un chef saucier, un chef grillades, et deux chefs pâtissiers (gâteaux et entremets). Plus toute une équipe de plongeurs : un pour les casseroles en cuivre, un pour les autres casseroles, un pour les couverts en vermeil, un pour les simples couverts, un pour les verres en cristal, etc … Sans oublier, à l’hôtel, plus d’une centaine de personnes, femmes de chambres, hommes de main, chapeauté par un directeur, aidé d’ un chef de réception et concierges secondés par une multitude de sous mains, comme coursiers, porteurs, jardiniers. Et des gendarmes à la retraite afin de surveiller les nombreux couloirs et salons du palace, mais également le personnel à la sortie de leur travail!
Cette abondance de personnel, usage d’une autre époque, coûte cher. Les années 1950-1960 marquent le déclin de cette hôtellerie de prestige. Est alors décidée la transformation du palace en habitations. Victor Saglia, architecte spécialiste de ce type de travaux, s’engage dans ce projet ambitieux. Les suites et chambres sont transformées en appartements et bureaux. La commune achète les trois quarts du rez de chaussée en 1961 pour accueillir l’organisation des courses des championnats du monde de ski de 1962.
Le palace connaît alors une nouvelle vie grâce à son rez de chaussée préservé dans son décor d’origine.

Merci à Pierre Osterberger pour les souvenirs de son apprentissage dans les cuisines du Majestic qu’il m’a gentiment transmis.

 

 

 

 

Histoire et patrimoine de la Vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

 

 

error: Contenu protégé !