février 2014 archive

Moulins : Une activité essentielle de l’économie chamoniarde des siècles passés

 

Copie de tableau 3 fond payot

Coypright Fond Payot

De nombreuses lithographies et dessins nous apportent le témoignage d’une activité oubliée de nos jours, essentielle pour l’économie locale,  celle des moulins actionnés par le courant des torrents et cascades abondants dans la vallée.

Dès le moyen âge, se tiennent de nombreuses et âpres négociations avec les prieurs pour la mise en œuvre de machines actionnées par la force de l’eau. Moulins à farine, moulins à « foulon »  (chanvre et lin ), moulins de scierie. (voir liste actes notariés ci dessous)

 Avec l’arrivée des visiteurs et une nette amélioration des conditions de vie la vallée connaît   un nouvel essor, les moulins se développent et se généralisent.

 Les plus nombreux seront les foulons associés à des tanneries pour travailler le chanvre.  Cette plante répandue dans toute la vallée était utilisée pour nombre d’objets : cordes, vêtements, draps. Travail fastidieux, pénible, avec de nombreuses opérations.

Pour la conservation on utilisait de l’écorce de mélèze qui servait

Moulins et tanneries à l'entrée des Praz

Moulins et tanneries avant l’entrée du village des Praz

de tanin et des acides naturels pour la souplesse, d’où les odeurs fortes qui rejetaient les tanneries à l’extérieur des villages.

On travaillait également le lin que l’on réservait pour les vêtements « du dimanche » et parfois quelques draps.

 

 

Scierie aux TinesCopyiright Mme Luisier

Scierie aux Tines
Photo Mme Luisier

Mais encore plus fréquents étaient les moulins de scieries dont le bois servait à la construction, à la fabrication du mobilier, aux  outils et alimentait les chauffages des maisons. Ce matériau était à la base de l’économie locale. Chaque hameau possédait une à deux scieries.

Il est intéressant de noter qu’en 1829 l’administration cherchait à contrôler ces scieries qu’elle considérait « comme nuisibles » à la conservation des forêts, car nombreux étaient les propriétaires faisant des coupes de bois dites bois de lune (c’est-à-dire coupé de nuit sans aucun contrôle).

 Il y avait aussi quelques moulins couplés avec des forges. La forge comprenait un martinet indispensable pour travailler les outils agricoles.

Ex le 28 octobre 1861 (concernant la fabrique de sonnettes )

Scierie Tronchet du bord d'Arve dans rue des moulins

Scierie Tronchet du bord d’Arve dans rue des moullins

Joseph Auguste Tronchet meunier cède aux frères Michel et Pierre Devouassoud, maréchaux et serruriers,  «le droit de placer dans la « bezière »  provenant de la rivière Arve qui fait mouvoir les moulins que le dit venant possède au sommet du bourg de Chamonix deux roues pour la mouvance d’un martinet et autres artefacts que les frères Devouassoud vont établir ».

 

 

Tableau : peintre anonyme. Copyright Fond PAYOT

Un moulin dépendait  d’une installation hydraulique pour amener l’eau.Celle-ci était conduite au dessus de la roue à aubes par une canalisation de bois inclinée, sorte de chenal suspendu à ciel ouvert.  Souvent l’eau était détournée du lit principal du torrent par une bédière.

_MG_6779Par sa force, l’eau actionnait le mouvement de la roue. La plus grande difficulté était d’avoir une amenée d’eau régulière. Les rapports de syndics du 18ème précisent que beaucoup de ces scieries ne fonctionnaient qu’en période de « hautes eaux », c’est à dire à la fonte des neiges ou en période de grandes pluies. D’ailleurs les scieries ne pouvant fonctionner toute l’année, les scieurs se faisaient bûcherons ou louaient leurs bras.

 

———————————————————————————————————————————————-

 HISTORIQUE  DES DIVERS ACCORDS NOTARIÉS SIGNES

DANS LA VALLÉE   avec carte  de 1531

 

Historique moulins24022014 

Carte de l'Arve et ses moulins Mappe sarde Copyright Archives départementales

Carte de l’Arve et ses moulins
Copyright Archives départementales 10 G 273 BIS

 

Sources :

Archives départementales – Archives de la ville de Chamonix

Ouvrages de l’académie salésienne 1941

Couvert Du Crest : une vallée insolite

 

 

HISTOIRE ET PATRIMOINE CHAMONIX

Publié par  Christine Boymond Lasserre

.

 

La charmante petite chapelle protestante d’Argentière

Nous connaissons tous la chapelle anglaise de Chamonix, face à la gare SNCF, implantée depuis 1860.  Mais combien connaissent   la chapelle protestante d’Argentière, située au fond du village, en retrait dans un lieu calme et protégé .

Dans le territoire des Savoies, depuis la rude période de la réforme du 16ème siècle, l’église catholique était omniprésente, veillant au salut de ses paroissiens.Elle reconstruit avec éclat nombre d’églises et chapelles, afin que chacun se mette sous la protection divine, mais catholique.

Cependant, dans le pays du Mont Blanc, avec l’arrivée des visiteurs étrangers au cours du XIXème, six temples protestants seront édifiés au fil des ans sur les lieux de villégiature.

Chapelle anglaise construite inaugurée en 1860

Chapelle anglaise construite inaugurée en 1860

La chapelle anglaise de Chamonix deviendra, au cours du XXème siècle, un temple de l’Eglise réformée de France.

Un résident, protestant,  Raoul Allier, normalien, professeur de philosophie à Paris, avait pour habitude de séjourner durant ses vacances à Argentière et de descendre au culte à Chamonix. Dans la chaleur de l’été 1914, il voit partir son fils Roger avec les jeunes hommes d’Argentière vers les champs de bataille de l’est de la France. Il n’aura plus de nouvelles jusqu’en mai 1916 quand lui est apportée la terrible annonce du décès de son fils dans la tourmente de cette guerre meurtrière.

Terrassé par cette douleur indicible, il réagit en organisant de nombreuses conférences ayant pour sujet la guerre. Il consacre son énergie à essayer de réconforter les souffrances humaines tout autour de lui.Quoique laïc, il est nommé doyen de la faculté de théologie protestante de Paris.Il aime à séjourner à Argentière. Ce monde de la montagne l’apaise. Il donne des conférences  dans les salles de restaurants d’Argentière. Il se constitue  ainsi tout un réseau d’amis qui partagent avec lui les mêmes convictions. C’est ainsi qu’ils conçoivent l’idée de construire une chapelle.

Chapelle protestante d'Argentière

Chapelle protestante d’Argentière

Avec eux il acquiert des terrains au pied de la moraine. Ces parcelles de piètre qualité ne laissent pousser qu’arbustes et buissons. Sera construite ici, dans ce lieu reculé et champêtre, une chapelle en bois de mélèze avec un toit d’ancelles, selon la coutume locale.

 Elle fut Inaugurée en 1920.  Raoul Allier en sera le premier prédicateur. Deux ans après est construit le presbytère pouvant héberger les pasteurs de passage.

Très vite les Argentérauds , bien que catholiques participeront aux fêtes organisées chaque année par la communauté protestante. Les anciens s’en souviennent encore avec beaucoup d’émotion.

 Durant la sombre période de l’occupation de 1943-44, le presbytère sera un des relais mis en place dans toute la vallée par la CIMADE pour le passage des familles juives vers la Suisse. Elles seront cachées dans la cave en attendant le moment pour franchir, avec les passeurs,  la frontière toute proche.

chapelle protestante intérieurChargée d’histoire, sobre mais lumineuse,   notre chapelle protestante, toujours dans son aspect d’origine, toujours sans électricité, mérite le détour par les confins d’Argentière.

 

Article réalisé grâce aux documents  donnés par l’église réformée Arve mont Blanc

Histoire e patrimoine Vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

error: Contenu protégé !