février 2015 archive

Aux Bouchards et à Vallorcine des représentations et inscriptions identiques du XVIIIème siècle

Dans la vallée de Chamonix nombreuses sont les inscriptions sur les poutres, sur des greniers. Mais savons nous  bien les voir !

Protégeons les. Elles sont le témoignage du travail de nos anciens.

Aux Bouchards sur le fronton d’un grenier :Une herminette dans la partie supérieure. En bas: une croix de Savoie – une serpe ou hache  – la date 1742 – des initiales LB

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1475

A Vallorcine sur la poutre maîtresse d’une ancienne ferme une inscription similaire la date 1789,  surmontée de la croix de saint Maurice , au dessous les initiales JMC – une serpe ou hache – une équerre -une herminette

 

 

 

 

 

 

 

 

La petite chapelle des Chosalets

_MG_0606Parmi les nombreuses chapelles disséminées dans la vallée de Chamonix,  celle des Chosalets, située à l’entrée du village,   a ceci de particulier qu’elle est privée. La légende familiale des Ravanel  raconte qu’en ces lieux avait été trouvée une statue du 16ème siècle. Quelle était cette statue, d’où venait-elle ? Nul ne le sait plus,  mais il est vrai que le passage de la révolution française dans la vallée avait vu la destruction de nombre d’oratoires et chapelles.

 Jeanne Ravanel, originaire du hameau et propriétaire de quelques terrains,  entreprend alors  la construction d’une chapelle. Celle-ci  sera  bénie et consacrée par le révérend  Pinget de l’église d’Argentière le 17 août 1875. Elle prendra le nom de Notre Dame du Bon Secours.chapelle 2 chosalets

 Au 19ème siècle nombre d’enfants mouraient en bas âge, ce qui était toujours un grand drame. Notre Dame du Bon Secours était évoquée essentiellement pour la protection des enfants et des mères. Aussi naturellement Jeanne choisit-elle  de consacrer cette petite chapelle à la Vierge Marie priée si souvent par les mamans.

A la disparition de Jeanne, les neveux  héritent de cette  modeste chapelle.  Les générations se succèdent. Toutes,  au fur et à mesure du temps qui passe,  entretiennent cet édifice,  témoignage patrimonial important pour le village.

Des travaux d’entretien sont toujours indispensables,  mais pas faciles à réaliser. Aussi  la famille crée en 2002 une association  loi 1901 qui permet de financer les travaux de restauration et de rénovation nécessaires à l’extérieur. De nouvelles ancelles  recouvrent le toît et un nouveau coq trouve sa place au sommet de l’épi de faîtage.

En 2011  on entreprend la réfection de la peinture des façades extérieures, de la porte d’entrée et des volets.

Elle a maintenant fière allure.

DSC00705A l’intérieur trône un petit maître autel néo gothique  en bois,  typique de cette période de la fin du 19 ème siècle.  En son milieu, Notre Dame du Bon Secours avec l’enfant Dieu dans ses bras. A sa droite une statue de Saint Joseph, toujours évoqué lui aussi pour protéger  les familles. A sa gauche Saint François de Sales, le saint évêque originaire de la région d’Annecy  et  si aimé par la population savoyarde. Sur les côtés deux statues,  le Sacré Cœur et  St Antoine de Padoue.

Malgré l’entretien régulier de la famille, l’intérieur se dégrade.

Chapelle privée elle ne peut recevoir de l’aide de l’état. Comment cette petite association familiale peut elle arriver à la tenir en bon état ?

L’été, la famille s’efforce de la maintenir ouverte et est toujours joliment fleurie.

Promeneurs  arrêtez vous, elle mérite un détour !

 Histoire et patrimoine Chamonix

Publié par Christine Boymond Lasserrre

error: Contenu protégé !