décembre 2015 archive

Une des dernières boutiques à l’ancienne de Chamonix : « A la Ville de Venise »

_MG_1554

_MG_1577Quel heureux fouillis  que cette boutique de jouets située  sur l’avenue Michel Croz ! Ce commerce est encore dans son état  d’origine : l’escalier trônant au milieu du magasin, le décor ancien,  les étagères,  la multitude de tiroirs remplis de trésors, tout est comme l’ont créé les premiers propriétaires.

Fouillez un peu, et vous  trouverez  parmi les peluches et les   jouets plus modernes  des figurines Hummel, des assiettes faites main  et  de vraies  céramiques italiennes.20151129_172000

Les clients connaisseurs, venant souvent de loin, savent trouver chez le fils de Mme Biancucci les objets les plus inattendus, les plus rares !

Manquent les lustres d’origine du plafond. Ceux-ci,  magnifiques,  n’ont pu résister aux lois imposées par la sécurité !

Cette boutique emblématique de Chamonix s’appelle «  A la ville de Venise », mais voilà,  lors des travaux  d’extension entrepris à l’étage la célèbre enseigne  que tous les chamoniards connaissaient…  a disparu ! Volée ! Mais non elle vient d’être retrouvée sous un couverture de bois récemment retirée.

IMG_20151212_0003 - Copie

photo collection Bernadette Tsuda

« La Ville de Venise » à l’origine occupait de magnifiques  constructions  en  bois que l’on voit sur   certaines photos d’époque. Situés devant le Métropole  (A l’époque  Hôtel Moderne et Victoria),  ils seront déménagés danS les années 1920 vers l’Outa.  Ils resteront d’abord magasins de souvenirs,  puis seront transformés en  boite de nuit (appelée  « l’Igloo » ) pour finalement être détruits  en 1968 lors de  la construction de la résidence actuelle l’ « Outa ».

Mais pourquoi   «   Ville de Venise » ?

Collection Bernadette Tsuda

Collection Bernadette Tsuda

Ces magasins étaient tenus par une fratrie : Dominique, Atilio et Emilio Salvador.

Famille brésilienne installée dans le Frioul,  ils ouvrirent  dès les années 1900 ces boutiques haut de gamme  à Bruxelles, Montreux, Londres et finalement Chamonix. Ici se  vendaient aussi bien des lustres de Murano,  des dentelles de Burano, des porcelaines de Vénétie 20151129_171549,  des figurines  de Capo del Monte,  cette porcelaine si délicate venant de Naples. Des  objets de luxe très appréciés des touristes  de la Belle Epoque et des Années Folles.

La boutique   située  devant le Métropole étant menacée de destruction, Emilio décide alors de faire construire la galerie marchande actuelle en 1926 et ouvre   son nouveau magasin en 1928.

 Sur le seuil   apparaît une belle mosaïque où  sont  inscrits son nom,  la date_MG_1566 de l’ouverture du magasin  sous les ailes d’un aigle symbole de puissance !

La famille tiendra ce magasin typique jusque dans les années 1980. Repris alors  par Mme Biancucci,  laquelle durant une dizaine d’années se déplacera encore  régulièrement en Italie pour ramener à Chamonix ces souvenirs de qualité qui faisaient de la « Ville de Venise » sa réputation.

 

 

_MG_1558A côté de la boutique,  une entrée conduit  aux appartements des étages supérieurs.   _MG_1555Une magnifique ferronnerie art déco  orne la porte d’entrée. Celle-ci,  typique de cette période,  est agrémentée de deux lettres C et D: ces initiales correspondent aux initiales du  propriétaire ayant acquis l’étage supérieur,  un Devouassoux, probablement issu de la famille qui avait construit en 1905 l’ancien hôtel voisin appelé l’Hôtel central correspondant actuellement à la résidence des Balances.

 A regarder de plus près lors de nos balades chamoniardes.

 Histoire et patrimoine de la vallée de Chamonix

Christine Boymond laserre

error: Contenu protégé !