décembre 2021 archives

Snell…ce ne sont ni des Balmat, ni des Tairraz, ni des Couttet mais quelle belle histoire chamoniarde !

Chez  Snell,  l’aventure du magasin commence avec une belle histoire d’amour entre une jolie chamoniarde, Marthe Devouassoud  (de la famille de la fabrique des sonnettes) et un jeune militaire américain, Harold Snell, venu à Chamonix à la fin de la guerre pour se reposer avant de repartir aux USA. Harold reparti, Marthe n’a pas oublié la promesse de son américain de revenir l’épouser. Les lettres sont nombreuses et Harold veut tenir sa promesse, mais avant tout la famille tient à s’assurer de la bonne vertu du promis et après vérification auprès du pasteur de la petite ville d’origine d’Harold et la conversion de celui-ci  à la religion catholique, les deux jeunes gens se marient enfin en 1927.

Après la  naissance de Donald, ils ouvrent dès 1928 dans la rue Paccard (Résidence « Les Evettes » actuellement) un magasin d’antiquités appelé « Aux Armes de Savoie « .

Le magasin « Aux Armes de Savoie » dans la rue Paccard (ancienne route nationale)

les chamoniards ont pour habitude de recommander Harold pour servir d’interprète et. Harold ayant pris goût à l’alpinisme, devient un  interlocuteur recherché pour ses conseils. Déjà de nombreux alpinistes anglophones viennent à Chamonix si bien que le magasin d’antiquités voit se mêler avec les commodes Louis XV ou Empire tout un matériel de montagne : guêtres, piolets, cordes, mousquetons etc.

 

En 1934 le magasin d’antiquités déménage rue Vallot (Actuellement Ice breaker)  l

 

 

 

Marthe et Harold avec Yvette l’épouse de Donald

Le magasin rue Paccard  affiche l’enseigne :« Snell, articles de sports ». Il devient une référence en termes de matériel, d’autant que l’on  voit de plus en plus d’alpinistes amateurs sur les pentes des parois des aiguilles de Chamonix.

 

 

 

Durant la guerre, l’activité ralentit, d’autant que dès 1942 un nom américain  comme Snell agace les autorités.  Le magasin est spolié par les autorités du gouvernement Pétain en 1943. La famille récupère officiellement le magasin en 1948.

 

 

 

Donal s’active auprès de son père pour relancer l’activité du magasin. Si bien que durant les années 1950-1968 on  voit passer chez Snell les grands noms de l’alpinisme : Doug Scott, Chris Bonnington, Paragot, Bérardini, Desmaison, Rébuffat, Lachenal ou Terray.

 

 

 

En 1970, Snell s’installe en face dans le bâtiment nouvellement construit, « l’Outa ». Il est pratique, moderne et le magasin devient le lieu de rassemblement de tous les « potes » férus de montagne et de ski ! Il y a même un mur de granit où l’on peut essayer le matériel proposé dans le magasin.

 

 

Par ailleurs, les Snell possèdent  un champ près de la grosse Pierre d’Orthaz , surnommé le « Snell’s field »,  lieu de rassemblement de tous les alpinistes de passage, bien souvent anglophones. Chacun se souvient du petit camping installé à  cet endroit..

 

Le magasin est un lieu de rencontres, pour trouver un partenaire d’escalade, pour laisser un message à un ami,  un tableau situé au cœur du magasin est mis à disposition de chacun.

c’et le moment ou Donald crée avec ses collègues Sporalp et Sanglard la brochure 3S  afin de proposer  en commun leurs matériel de sports et leurs connaissances du monde alpin.

 

 

Dans les années 1970-1980,   Donald avec son épouse Yvette organisent  pour les petits chamoniards des activités ludiques et sportives entre autre la fameuse « Coupe Snell»  dans le champ du Savoy que les enfants adoraient.

 

 

Yasuo Kanda

Sans oublier dans cette même période l’arrivée à Chamonix des japonais, férus de montagne, grands alpinistes reconnus dont Masalu et Torunagamo, qui prêtent main forte aux Snell. Certains parmi eux eux s’installent et font souche à Chamonix . Tous les chamoniards connaissent Yasuo Kanda et Hiroshi Tsuda  piliers du magasin Snell. Beaucoup  épouseront des chamoniardes et l’on nommera leur descendance « Japoniards».

Le magasin Snell est devenu une institution.

Dans les années 1980-1990 , C’est Olivier qui commence à épauler ses parents  avec l’aide de Corinne son épouse.

C’est le temps  du monoski, des couleurs fluo, du Gore Tex, du film  « Apocalypse Snow » ou encore « Opéra vertical ». le temps des grandes descentes à ski dans une poudreuse de rêve.  Snell est   toujours à l’affût des nouveautés.

Tous se souviennent de cette productrice de cinéma  venue au, magasin afin d’équiper des pieds à la tête une centaine de personnes venue pour le tournage du James Bond ( « Le monde ne suffit pas » ). Une sacré belle aventure.

On s’adapte aux nouveautés telles que le trail. De nombreux magasins s’installent mais Snell reste la référence.

Olivia Snell

Maintenant, la 4ème génération prend le relais avec  Olivia fille

Marthe Devouassoud épouse Snell

d’Olivier et de Corinne qui s’investit déjà dans ce magasin familial  né de l’amour d’une chamoniarde et d’un américain en 1918.

 

 

Archives et photos familiales Snell

Histoire et patrimoine vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

 

 

error: Contenu protégé !