Déjà dans les années 1925-1935 les promoteurs étaient à l’affût !

Nous nous plaignons aujourd’hui de la pression immobilière que subit la vallée de Chamonix, mais ce n’est pas récent. A la lecture de certains documents d’archives, on découvre un grand nombre de projets tout aussi ambitieux  les uns que les autres. Chamonix attire déjà !

Dès la fin des J.O. de 1924 est lancé le projet d’une société immobilière du  « Parc de Chamonix ».

Dans cette étude, il est prévu d’acquérir dans les environs proches de Chamonix  les terrains nécessaires à la création d’un parc dans lequel « on élèvera des villas pittoresques et confortables », la société se chargeant de l’alimentation en eau et électricité. Ce lotissement est prévu entre les Gaudenays et les Bois sur une superficie de 9 200m2. Et dans le souci de maintenir le pittoresque du parc, on édifiera certains types de villas « à  l’architecture  agréable» !

Dans le même temps, cette même société désire acquérir deux terrains  avenue de la gare dans l’idée de construire un building de six étages que l’on nommera « EXCELSIOR» avec un rez de chaussée composé de quinze boutiques, six étages avec chacun trente chambres,  soit 160 chambres au total. De quoi concurrencer  les trois palaces chamoniards !

 

Ces deux projets ambitieux ne verront jamais le jour.

Autre projet ci dessous :

En 1934 l’Hôtel le Royal (actuellement le Casino) était en vente. Il avait été un grand et bel hôtel de luxe construit en 1848, il avait reçu nombre de têtes couronnées.

 

Mais le Royal était passé de mode.  A l’époque, il était lié au Grand Hôtel de l’Union au centre de Chamonix.  Ce dernier avait été racheté par la commune désireuse d’ouvrir une place ouverte près du pont de Cour.

Et c’est ainsi que des promoteurs imaginèrent un projet ambitieux. En créant une « Société Immobilière et Sportive » ( société anonyme avec un capital de 1.5 millions de franc ) on imagine de mettre en place un projet intitulé « IMPERATOR ». L’objet est d’aménager un immense centre touristique proposant des équipements sportifs, un restaurant, un music-hall, un dancing le « Ouistiti » , une salle des fêtes avec pistes lumineuses autour des quelles seront installées des tables de consommation,  des salles de jeux, mais aussi d’ organiser des excursions en autocar, des ascensions, et  de promouvoir des associations sportives diverses. On prévoit une salle d’exposition des sports, plusieurs tennis, une patinoire de démonstration, une salle d’escrime et de gymnastique, un cercle de sports.

Le Royal aurait été détruit, les matériaux auraient été réemployés pour le nouvel édifice prévu. Le tout sur  une surface de 1 700m2 (contre 702m2 pour le Royal).  A l’arrière on dispose d’un  grand parc de 7 000m2 où l’on envisage durant l’été un service en plein air : apéritif, thé, repas accompagnés de concerts symphoniques, et également des fêtes de nuit… On prévoit  un bâtiment de 20 chambres pour les employés au fond du parc.

La commune impose un cahier des charges précisant que l’établissement sera exploité de juin à septembre et de décembre à fin février (à l’époque la saison d’hiver s’arrêtait à cette période) et il est précisé que la municipalité touchera 10% des recettes de jeux.

Le projet n’a jamais vu le jour. Le Royal a été racheté et a continué sa vie hôtelière.

Dans cette même période lorsque l’on cherchait désespérément un lieu pour installer un nouveau casino a été imaginé un bâtiment au centre de Chamonix . Jamais réalisé.

Finalement ce sera la banque édifiée par Paul Payot qui verra le jour en cet emplacement!

 

 

 

Sources : Archives de l’association des Amis du Vieux Chamonix.

Histoire et patrimoine Vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

error: Contenu protégé !