Hôtel de Chamonix , devenu hôtel « le Chamonix » avec Mélanie

 

Pour nous, ce petit « Hôtel  le Chamonix » est avant tout évocateur de la bonhomie et de la bonne humeur de Mélanie. Elle et son mari, Mr Guy Bouchard, l’achètent en 1965. Tous deux tiennent l’hôtel jusqu’au décès de Guy . Mélanie prend alors en main cette petite entreprise familiale. Elle est chaleureuse, toujours gaie et les guides et moniteurs voisins ont plaisir à se rendre au café-restaurant de l’hôtel. Leur habitude d‘aller  chez Mélanie ,   amène le petit café à changer  son enseigne pour devenir le  café restaurant  « Chez Mélanie». Mélanie, avec son sens de l’accueil, fera de son café le camp de base réputé  des habitués du quartier.

 

Les témoignages chaleureux lors de la cérémonie funéraire de Mélanie témoignent de son incroyable  dynamisme et gentillesse.

 

Mais ce petit « Hôtel de Chamonix », car tel est son nom originel,  pourrait raconter bien  de choses. Son histoire remonte au milieu du XIXe siècle. Il est construit selon les habitudes chamoniardes  avec des murs constitués des boules d’Arve liées  à la  chaux puis recouverts de crépi.

 

Joseph Victor Folliguet, menuisier, guide, entrepreneur, achète par adjudication  en 1883  un immeuble  faisant partie d’un lot de trois bâtiments. Il le transforme en petit hôtel.

On y remarque les encadrements de granit aux portes et aux fenêtres qui sont l’identité locale  typique en ces périodes de la Belle Epoque. De même pour les ferronneries bordant les fenêtres de l’hôtel. A sa mort en 1898,  c’est son épouse  Marie Dorothée Folliguet née Tairraz qui  tient l’hôtel quelques temps.

Puis Emma,   sa fille,  hérite de l’hôtel. Femme énergique et volontaire, elle  gère  son petit hôtel mais aussi l’Hôtel Suisse (https://www.blogdechristineachamonix.fr/lhotel-suisse-devenu-le-park-hotel-suisse-une-belle-histoire-dune-famille-hoteliere-chamoniarde/)  situé en bordure de la route nationale (rue Paccard actuellement),  propriété de son mari Etienne Alphand.  Ils sont pratiques, et comprennent l’intérêt de communiquer au mieux afin d’attirer  les clients potentiels et c’est ainsi  qu’ils  diffusent une publicité accrocheuse aux deux noms : Folliguet et Alphand.

A la mort d’Emma, ce sera son fils Joseph Alphand qui le gérera avec son épouse Elise Vuarand, qu’il a épousée en 1937. Joseph décède en 1957. Elise gère un temps l’hôtel, ou plutôt le met en location. Sans  héritier, elle vend l’hôtel aux époux Bouchard en 1965.

Sources : Archives personnelles de  Nadine Bouchard, archives association des Amis du Vieux Chamonix

Histoire et patrimoine vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

 

 

 

 

 

error: Contenu protégé !