L’ancien hôtel de Paris, quelle histoire !

Ancien hôtel construit en 1894 par Denis Bernadet, ingénieur sur la ligne de chemin de fer du PLM et son épouse Léocadia Couttet, qui était propriétaire d’une remise dans la rue Nationale (Denis Bernadet est maire de Chamonix de 1935 à 1940).A l’époque, l’hôtel ouvre sur un jardin par un magnifique escalier double, disparu depuis. Les balcons sont côté sud afin de profiter de la vue sur le mont Blanc. Au décès de Mr Bernadet en 1942, l’hôtel est confié à son neveu Mr Miegeville qui le met en gérance. Il est tenu par les Weissen-Couttet puis par Mr Gattoni, pour finalement être acheté par Mr Louis Janin en 1958.  L’hôtel défie alors la chronique locale.

De 1958 à 1969, l’Hôtel de Paris devient la plaque tournante des alpinistes. Son propriétaire , Mr Louis Janin, seigneur du lieu, animateur doué pour se lier d’amitié avec les personnalités les plus incroyables, attire tous ceux qui ont un petit grain de fantaisie, toutes classes sociales confondues.

Couverture livre de Mirella Tenderini

Il réserve les 24 mansardes de l’hôtel aux alpinistes fauchés. Pierre Mazeau ,  Dany Badier , Antoine Vieille, Robert Guillaume participent à la valse des alpinistes attachés à ce lieu devenu mythique. Gary Hemming, l’alpiniste hippie, s’y installe d’une manière quasi permanente de 1963 à 1968. Puis le fameux Lothar et les frères Bodin.

Ici on respecte assez peu l’ordre établi, d’où le succès international du petit Hôtel de Paris. Les chambres servaient de dépôt à ces alpinistes disparaissant parfois plusieurs jours, mais jamais Louis Janin n’aurait évacué brodequins, cordes ou sacs à dos. Certaines chambres aux étages inférieurs possédaient parfois une salle de bains, ce qui n’empêchaient pas les privilégiés de les prêter aux aventuriers alpinistes logeant sous les combles.

Les frères Pierre et Henri Lesueur – Lucien Berardini – Robert Paragot Archives Robert Paragot

 

Les parisiens alpinistes Robert Paragot, Lucien Berardini et Edmond Denis  marquent de leur emprise cet hôtel chamoniard. L’appartement de Dany Badier à Paris était devenu l’annexe de l’Hôtel de Paris pour les alpinistes en attente de retrouver la capitale de l’alpinisme. On y retrouvait tous ceux qui de Suisse ou d’Italie ont marqué les étapes de l’alpinisme moderne comme Loulou Boulaz, Michel Vaucher, Walter Bonatti , et tant d’autres.

Mais on y voit aussi Samy Fray, Hugues Auffray, Roger Vadim, Jane Fonda et leur bande. On y a croisé  Brigitte Bardot, probablement séduite par ce milieu marginal. Le bar attenant appelé le Bivouac voit des fêtes ahurissantes réjouissant tout ce petit monde Plus tard les chamoniards viendront s’y encanailler eux aussi :  Lionel Terray, Louis Lachenal, Georges Payot, Gérard Devouassoux, Marc Martinetti, sans oublier René Desmaison installé depuis peu à Chamonix. Tous imprègnent de leurs personnalités l’alpinisme moderne. Nombreux parmi eux participent à des secours improbables.

Des journalistes comme Christian Brincourt ou Gérard Géry de Paris Match  adoraient cet endroit dont ils racontaient l’histoire au fur et à mesure des exploits de chacun. Avec le déplacement  de ces alpinistes vers les Andes out l’Himalaya, les fêtes se firent moins folles.

L’hôtel se dégrade, Louis Janin peine à sortir de ses dettes faramineuses. Il quitte Chamonix pour Avoriaz. L’hôtel de Paris est transformé en appartements.

Sources : Archives familiales Miegeville – Revues Paris Match – Revue Alpi-Rando juillet 1986

Histoire et Patrimoine Vallée de Chamonix

Christine Boymond Lasserre

 

 

error: Contenu protégé !