Au Col de Balme

Dans ces belle journées d’arrière-saison, le col de Balme est pour nous tout un lieu de randonnée contemplative en raison de ce paysage exceptionnel qui s’ouvre sous nos yeux à chaque instant.

Il ne faut pas oublier que, durant des siècles, le passage par ce col était le plus souvent utilisé par les voyageurs se rendant en Valais. D’ailleurs, nombre de tableaux montrent le col avec les fameuses bornes marquant la frontière entre Valais et royaume de Piémont Sardaigne.

Goethe, le 6 novembre 1779, emprunte cet itinéraire. Sa description rend avec un regard très juste ces atmosphères propres au mois de novembre où les nuages jouent avec le paysage…. »Il est plus intéressant de vous dire comment les esprits de l’air semblaient se faire la guerre sous nos pieds…nous montâmes toujours avec plus d’ardeur… Il (le vent) soufflait par le col entre deux sommets et repoussa le brouillard dans la vallée. L’aspect avait un caractère étrange.  Le haut du ciel , par-dessus les crêtes des montagnes, était nuageux;  à nos pieds, nous voyions à travers le brouillard qui se déchirait quelquefois , la vallée entière de Chamonix et entre ces deux couches de nuages, les sommets des montagnes étaient tous visibles. »

Berthout Van Berchem, en 1790, évoque dans son guide « Itinéraire de la Vallée de Chamonix » le passage par le col de Balme, « depuis le col de ce nom il faut s’écarter un peu de la route pour aller sur la plus haute limite du Valais et de la Savoye afin de jouir d’un très beau point de vue !

Puis durant tout le XIXe siècle on voit un grand nombre de voyageurs arriver ou quitter Chamonix par ce passage relativement facile à emprunter et moins compliqué que par Tête Noire et Vallorcine. A la lecture des divers ouvrages une auberge très simple existe.

Alexandre Dumas, en 1832 en parle dans son ouvrage «  Impressions d’un voyage en Suisse » »,au loin se découpant dans un ciel bleu le toit rouge de cette bienheureuse maison puis ses murailles blanches qui semblaient sortir de terre…Il se précipite à l’intérieur et peu après en ressort conduit par son guide pour admirer le paysage  » ...et comme une toile se levait sur une magnifique  décoration   je saisis, avec un plaisir mêlé d’effroi de me voir si petit au milieu de si grandes choses tout l’ensemble de ce panorama semblait le palais d’été du dieu de l’hiver

En 1833, le manuel du voyageur d’Ebel recommande ce passage aux voyageurs. l’auberge du col est construite en bois  vers 1840 côté français. Le bail est attribué le 8 décembre 1840 à Pierre Joseph Payot  (grand père de Venance Payot) avec doits de vente de vins, eaux de vie et liqueurs.

Jean Pierre Pictet en 1840 dans son ouvrage « Chamouny, de Sixt, des deux saint Bernard » évoque l’hospice du Col de Balme petite auberge où l’on peut se rafraîchir et même coucher.

En 1856, le guide Joanne parle de l’hospice du col de Balme qui ouvre quatre mois de l’année. On y trouve  » des vivres, des rafraîchissements et même des lits en cas de besoin « 

En 1861 le tracé de la frontière est réalisé avec précision.  La bâtisse de bois devient ruine Le refuge est alors reconstruit un peu plus en amont côté suisse  vers 1865. Le bâtiment en pierre devient une auberge plus confortable.

En 1874, Gabriel de Mortillet, dans son guide de Haute Savoie, parle de la magnifique vue sur la vallée de Chamonix et la chaîne du mont Blanc et évoque le pavillon du Col de Balme… » ouvert pendant quatre mois de l’année aux prix des grands hôtels ! »

Whymper, ce grand alpiniste, mais également immense marcheur, décrit dans son guide de Chamonix Mont Blanc ,avec détails l’itinéraire emprunté pour accéder au col.

Et avec l’arrivée du ski, le Col de Balme est gravi pour la première fois en 1902 en skis par le docteur Michel Payot et son ami Ravanel le Rouge, une sacrée belle performance à l’époque !

Dans les années 1930, un grand projet est envisagé pour la construction d’une route vers le Col de Balme sur l’initiative de Charles Vallot et du TCF (Touring Club Français), où l’on imagine une nouvelle route  pour les visiteurs en voiture qui  qui permettrait de favoriser la distribution du lait de ces alpages vers l’ensemble de la vallée !

OUF ! Le projet finalement ne s’est jamais réalisé.

Et dans l’histoire plus tragique du col, n’oublions pas les nombreux essais de passages des juifs cherchant désespérément échapper à la folie nazie. Combien de souvenirs douloureux marquent ce paysage si exceptionnel. Ne l’oublions pas.

Puis l’aménagement des premières remontées mécaniques changera peu à peu le destin de ce col qui a vu passer tant de voyageurs curieux ! Mais il reste un passage obligé pour les amateurs de randonnée cherchant à boucler le Tour du mont Blanc .

———————————————————————————————————————————————–

Histoire plus ancienne du col  souvent méconnue

( extrait de l’histoire de Savoie  de Paul Guichonnet)

Une première fois en 1476, lorsque le Comte de Savoie tenta de reprendre pied en Valais, d’où les Valaisans l’avaient chassé en passant par le col de Balme, évitant le col de la Forclaz, il déboucha sur Martigny… Mais selon la tradition, les femmes les accueillirent avec nombre de pichets de vin et la troupe fut cueillie facilement par les troupes valaisannes.

Trois siècles plus tard, le 25 décembre 1813, le col de Balme vit défiler la débâcle des troupes napoléoniennes en essayant d’échapper aux autrichiens qui les poursuivaient. Par douze degrés au-dessous de zéro et des mètres de neige, 800 hommes menés par Mr Rambuteau, préfet de l’empire en Valais, réussirent finalement à franchir le col et descendre à Chamonix.

Sources : Divers ouvrages nommés ci-dessus dans l’article.

                                                                Tableau : Col de Balme , Ange Abrate

  Christine Boymond Lasserre – Histoire et patrimoine Vallée de Chamonix

 

error: Contenu protégé !